Samantha Jones
18 septembre 2018

Le top 5 des idées reçues sur les RP

Comme bon nombre d’industries, le secteur des RP, et plus particulièrement le métier d’attaché(e) de presse, véhicule son lot de stéréotypes – tour à tour perçu comme glamour (le personnage de Samantha Jones dans Sex and the City n’y est sans doute pas pour rien), superficiel, voire même agaçant, il reste souvent incompris du grand public, mais aussi des journalistes avec qui nous travaillons ou parfois même des clients qui font appel à nous !

À l’occasion de la rentrée, nous nous sommes donc dit qu’il pourrait être utile de poser à plat les clichés les plus courants qui circulent sur la profession, ou en tous cas ceux qui nous hérissent le poil, afin de repartir sur de bonnes bases.

1. « Les RP, c’est un métier de nana »

Faux ! S’il est indéniable que la profession est assez fortement féminisée, vous auriez tort d’oublier nos collègues masculins (nous en avons d’ailleurs deux spécimens à l’agence dont l’un est notre directeur !). Nous en profitons également pour rappeler que la variante « c’est un métier de potiche » est nulle et non avenue.

2. « Les attaché(e)s de presse passent leur temps au téléphone »

Détrompez-vous ! Si le téléphone fait bien partie de notre boîte à outils, nous consacrons notre temps à bon nombre d’autres activités comme élaborer des stratégies de communication, faire de la veille sectorielle, produire des contenus rédactionnels variés (communiqués de presse, tribunes, contenus social media), animer les réseaux sociaux de nos clients, organiser des événements, faire de la gestion de crise ou encore participer à des conférences.

3. « Les événements presse, c’est juste l’occasion de boire du champagne et de manger des petits fours »

Alors, oui et non. Certes, nous estimons que les journalistes et influenceurs qui font l’effort de se déplacer ont bien mérité une petite coupe. Mais les événements presse ne sont pas pour autant des soirées de débauche. Ni même des soirées tout court d’ailleurs. Parmi nos événements les plus réussis figurent de nombreux petits-déjeuners… garantis sans Irish coffee ni mimosa ! Ces rencontres sont avant tout un outil de travail et une opportunité forte pour l’agence RP de renforcer les liens entre ses clients et les journalistes. Quelque chose que l’on préfère faire en possession de tous nos moyens !

4. « Les RP, ça se résume à essayer de placer les clients sur BFMTV ou Marie-Claire »

Si l’un de nos objectifs est effectivement de réussir à obtenir des parutions dans les médias au nom de nos clients, nous sommes amenés à cibler un éventail de publications très variées en fonction des objectifs et besoins spécifiques de nos clients. La stratégie ne sera évidemment pas la même selon si l’on cherche à communiquer sur des solutions informatiques B2B ou si l’on souhaite toucher le grand public.

5. « Il y a trop de jargon dans les RP »

Tout comme les métiers de la communication et du marketing auxquels elles sont associées, les relations presse sont souvent critiquées pour leur présupposé jargon. Pourtant, il n’y a pas plus de jargon dans les RP que dans la finance, le juridique ou encore les RH. Même s’il faut bien reconnaître que les marronniers de la PQR et les portages nous aident à avoir de belles retombées.

Pour en savoir plus sur notre vision des relations presse et sur ce qui fait le succès de notre agence, n’hésitez pas à consulter notre site ou à nous contacter pour échanger sur vos besoins.

 

Naouel Zenaidi