Pourquoi – et comment – les marques B2B doivent utiliser la vidéo sur Twitter

Mobile-video2

Depuis l’annonce tant attendue de la vidéo sur Twitter, la valeur de la vidéo dans les campagnes sur les médias sociaux vient d’être décuplée. Déjà extrêmement populaire sur Facebook – 3 milliards de clips vidéo visionnés par jour – les marques se doivent de considérer ce formidable outil de communication.

Alors, quels sont les bénéfices à utiliser Twitter pour partager des vidéos ? La réponse est simple : le potentiel de viralité, en particulier pour les marques B2B. Twitter est une des plateformes majeures dans le domaine B2B, dépassant largement les autres plateformes de réseaux sociaux telles qu’Instagram, YouTube ou Facebook.

Avec, en moyenne, plus de 500 millions de tweets envoyés chaque jour, l’un des challenges des équipes marketing est de savoir se différencier pour capter l’attention. Nous avons préparé une petite liste des astuces les plus importantes à connaître :

#1 Adaptez la vidéo à la plateforme

Twitter est le réseau de l’instantané. Votre audience est habituée à consommer l’actualité en temps réel, donc il faut adapter le contenu vidéo à ce format. Soyez rapide à réagir aux événements du moment, aux tendances et aux thématiques en temps réel.

#2 La simplicité est primordiale

Beaucoup de vidéos parmi les plus populaires sur YouTube, durent 30 secondes. Les fans de Twitter sont, pour leur part, habitués à consommer de l’information en 140 caractères, donc ont, à priori, encore moins de temps. C’est pourquoi votre vidéo doit être percutante : n’hésitez pas à intégrer les messages clé dès le début et garder à l’esprit de capter l’attention immédiatement.

#3 Suscitez de l’interaction

La vidéo interpelle son audience, donc profitez-en pour inclure une action à suivre dans le tweet qui l’accompagne. Avec la disponibilité de l’outil, facile à l’usage, vous pouvez encourager vos cibles à vous répondre en mode vidéo, et même faire un concours pour trouver le clip le plus créatif sur votre marque ou votre produit.

#4 N’oubliez pas l’émotion

Dans le domaine B2B, il n’est pas toujours facile d’injecter de l’humour dans une vidéo. Cependant, la clé pour donner envie de partager réside dans la capacité à toucher votre audience via des émotions. N’hésitez donc pas à humaniser les situations en y incluant de l’humour ou de la comédie. Un exemple ? Notre préféré chez onechocolate communications c’est sans conteste les mini-vidéos produites par Taulia. Ce spécialiste de la gestion de factures dans le cloud arrive à nous faire rire avec un sujet, de prime abord, aride.

D’autres conseils à donner ? Dites les nous, nous avons hâte de les connaître !

 

Sue Gabin

onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Le nouveau réseau social professionnel qui fait trembler les grands

tree

Lancée en 2013, la start-Up Amplement, réseau social BtoB français connait déjà un grand succès auprès des investisseurs mais aussi des utilisateurs ! En effet, Amplement vient de lever 1 million d’euros. Le réseau social se positionne comme un concurrent de LinkedIn et Viadeo, et compte déjà 400 000 membres actifs et quelques 2 500 recruteurs. Ce qui séduit les utilisateurs ? Des fonctionnalités inédites comme la discussion instantanée et la mise en relation gratuite. En allant vers des fonctionnalités gratuites, Amplement souffle un vent de renouveau sur des réseaux sociaux professionnels qui tendent à aller vers le tout payant. A quand le million d’utilisateurs ?

#2 Jouez avec Air France pour être surclassé

Air France a décidé de jouer sur une des attentes inespérées de ses clients : le surclassement. Dans le hall d’embarquement, les passagers volants en éco sur les vols au départ de la Chine, d’Hong-Kong, de Singapour, d’Indonésie ou du Japon sont invités à s’affronter dans un mini jeu mobile créé pour ce challenge. Ceux obtenant les plus gros scores à Cloud Slicer – un dérivé de Fruit Ninja – passent alors leurs 12 heures de vol dans une des nouvelles cabines business. Ou quand quinze minutes d’amusement permettent de changer douze heures de vol !

#3 Le succès de Mikado…même sans chocolat

photo

Début janvier, Mikado a créé le buzz en annonçant le lancement d’un stick sans chocolat. L’annonce a déchaîne les adeptes du célèbre biscuit, d’autant que Mikado n’a pas lésiné sur les moyens : une campagne d’affichage sur le Web, 5 films sur YouTube et un dispositif sur Twitter avec le hashtag #MikadoStick ! Cependant, que les fans se rassurent, Mikado conserve son chocolat et tout ceci n’était qu’une stratégie de communication décalée pour le lancement de Mikado King Choco. Et Mikado a plutôt bien réussi son coup (même sans chocolat !) avec : 41 000 vues Youtube pour la campagne Mikado Stick / King Choco, 4 071 tweets avec le hashtag #MikadoStick et 11 547 tweets citant « Mikado ». Beau coup de comm’ !

#4 Word Lens, l’appli pour les globe-trotters

future

Google optimise son application de traduction et ajoute la technologie Word Lens. Désormais, l’application permet de faire des traductions avec une simple photo ! Les panneaux de signalisations, les pancartes ou le menu d’un restaurant seront traduits instantanément en anglais (pour le moment) et ce même lorsque son téléphone portable n’est pas connecté à Internet. Cette annonce suit celle de Microsoft qui a lancé en 2014 une première phase de test pour Skype Translator. Il semblerait qu’ici l’idée soit de faire tomber la barrière de la langue. Un rêve pour tous les globe-trotters !

#5 Regifter, le “Tinder” pour échanger vos cadeaux

Regifter from + rehabstudio on Vimeo.

Les périodes des fêtes sont désormais derrière nous. Si certains ont plutôt été gâtés pour Noël, d’autres l’ont été beaucoup moins. Que faire dans ce cas-là ? Une étude britannique a démontré qu’en 2013, au Royaume-Uni, plus de 2,4 milliards d’euros de cadeaux ont été jetés car indésirables : soit plus de 3 millions de tonnes d’objets en tous genres. Partant de ce constat, l’agence de communication Rehab Studio a décidé de créer une application, Regifter, disponible sur iOS et Android. Regifter présente la même interface que Tinder ; en effet, pour échanger ses cadeaux, le mobinaute doit photographier le cadeau qu’il souhaite échanger, puis le classifier et ensuite choisir une catégorie de produit ou objet qu’il souhaite obtenir en échange. Une fois l’objet en ligne, si vous matchez avec un objet dans un rayon de 1 à 10km, il vous suffit d’entrer en contact avec la personne pour procéder à la transaction.

#6 Adoptez un hacker

hacker

En ligne depuis novembre dernier, Hacker’s List est un site internet qui propose de mettre en relation particuliers et hackers professionnels. « Trouver un hacker ne devrait pas être une difficulté », annonce le site dont le fonctionnement est assez simple et similaire à celui d’eBay, et anonyme. Pour les clients, il suffit de déposer une annonce, ou bien de rechercher directement parmi les hackers membres du site pour les contacter. A ce jour, 500 demandes de piratage variées sont postées sur Hacker’s List auprès de quelques 70 hackers enregistrés. Parmi les demandes opérées, on note celle d’un homme prêt à payer 2 000 euros pour avoir accès au site web du propriétaire de son logement ; une femme prête à payer 500 euros pour avoir accès aux comptes Gmail et Facebook de son compagnon pour savoir « s’il la trompe ». Même si l’on est bien loin de la cyberattaque contre Sony Pictures, le site soulève de nombreuses questions et controverses sur la légalité de ses annonces et des services qu’il propose.

Réseaux sociaux : vers une communication de plus en plus personnalisée

team-parry-403505_640

En 2015 c’est patent : nos clients connaissent de plus en plus les réseaux sociaux. Nous rencontrons de moins en moins de demande du type : « Je veux 10 000 fans sur Facebook d’ici la fin de l’année. » Et quand nous posions la question, pourquoi 10 000 ? « Je ne sais pas, j’aime bien ce chiffre. » ! Maintenant la qualité a remplacé la quantité. Désormais, nos clients  souhaitent toucher tel profil pour tel secteur vertical avec un engagement réel. C’est beaucoup plus intéressant car cela oblige à travailler le contenu, la qualité de l’échange et à faire un travail sur la durée. LinkedIn et Twitter heureusement sentent aussi cette tendance et adaptent leurs outils dans ce sens.

Ainsi LinkedIn vient d’adapter la facturation de l’InMail pour favoriser les comportements vertueux.

Pour ceux qui ne connaissent pas InMail, c’est le service de messagerie de LinkedIn qui permet aux utilisateurs de contacter n’importe qui dans le réseau, même s’il n’y a pas de lien formel. Selon votre abonnement LinkedIn, vous pouvez avoir jusqu’à 25 crédits InMail disponibles à utiliser par mois. C’est un outil extrêmement puissant et intéressant pour sensibiliser un interlocuteur à vos solutions, services ou autre.

Jusqu’à peu, si vous aviez envoyé un InMail et obtenu aucune réponse, LinkedIn ne vous faisait pas payer cet envoi. Mais le réseau social a décidé de faire exactement l’inverse ; c’est-à-dire de vous faire payer uniquement l’InMail non répondu. A noter que si votre correspondant clique sur la case dédiée « Not interested » ce sera considéré comme un InMail répondu et donc gratuit.

En d’autres termes, LinkedIn souhaite faire conserver à l’InMail son statut exceptionnel, éloigné autant que possible des spammeurs.

Bien que le taux moyen d’ouverture des InMail soit inconnu du grand public, beaucoup d’observateurs estiment qu’il se situe entre 10 et 20%. Ce qui est un taux exceptionnellement élevé si nous le comparons aux autres outils de communication. LinkedIn cherche, avec cette nouvelle politique, à récompenser les pratiques vertueuses aux dépends de celles qui ne prennent pas suffisamment en compte le destinataire.

Du côté de Twitter, ce dernier vient d’annoncer un nouvel outil qui permet l’envoi d’un message privé jusqu’à 20 personnes à la fois. Cela peut être tout à fait intéressant pour impliquer une cible restreinte de VIP sur une problématique en particulier. Car tous sont notifiés d’un échange entre les membres et cela permet ainsi d’inciter à l’interaction et donc à l’implication, Graal de tout community manager qui se respecte.

Et vous, quels sont les outils qui vous semblent pertinents pour une interaction prolongée avec vos cibles ?

 

CES 2015 : Les pratiques marketing salon à ne surtout pas faire !

Encore un post à propos du CES mais on n’a pas pu le laisser passer. Il parait tellement évident, pour nous, de se pencher en détail sur l’une des plus grandes messes de notre cœur de cible que nous le faisons une fois de plus sans craindre la redite ou la lassitude de nos chers lecteurs. Nous prendrons ici comme référence le rapport du CES 2015, réalisé par Olivier Ezratty et mis à disposition de tous sur son blog. Ce rapport est une précieuse mine de renseignements ; la justesse du propos et la précision de l’analyse en font, de fait, une bible de travail pour nous.

Nous avons choisi, cette fois-ci, de nous pencher un peu plus en détail sur les pratiques marketing adoptées sur ce salon par certains exposants et de souligner les pires ou les moins bonnes pratiques surlignées par Olivier Ezratty. Car de la simple maladresse à la véritable erreur de stratégie, les dangers sont multiples pour faire de sa visibilité sur ce salon un ratage total.

Ce qu’il ne fallait pas faire :

  • Organiser une conférence de presse le matin de l’ouverture du salon
  • Parler de personal data sans démonstration claire et explicite de ces applications qui exploitent les données
  • Se ranger dans la catégorie « fourre tout » des objets connectés sans plus de précision
  • Se définir par un concept plutôt que par ce que l’on fait
  • Dormir sur son stand … oui ! oui !
  • Ne pas se montrer disponible voire ne pas se montrer du tout … aussi !
  • Présenter un stand manquant totalement d’innovation
  • Barder son stand de logos de type Bluetooth et noyer son identité
  • Pratiquer encore et toujours le Bullshit marketing en 2015
  • Ne pas relire les éléments de communication distribués sur son stand

 

Nous nous arrêterons là et pour les plus curieux d’entre vous, nous vous renvoyons vers le rapport complet si vous voulez avoir plus détails voire même des noms.

Nous ne pouvons cependant pas résister au plaisir de recommander à tous ceux qui ont la chance – ou la malchance – d’avoir des cheveux et un amour immodéré de leur personne d’acquérir la Selfie Brush, le célèbre (enfin, bientôt !) peigne dont le dos peut contenir votre smartphone et un petit miroir. Ce qui permet de se prendre en photo juste après s’être bien coiffé.

Si nous avons listé ci-dessus les erreurs les plus flagrantes c’est peut être dans un esprit un peu « potache », mais avant tout pour préciser que parfois un peu de bon sens permettrait d’éviter certains écueils. Nous faisons confiance à votre perspicacité et à votre professionnalisme pour ne pas être listés dans les ratages du rapport 2016.

 

CES 2015 : l’e-santé à l’honneur à Las Vegas

CES-Logo

Près de 3 500 exposants ont présenté leurs nouveautés au Consumer Electronic Show et des dizaines de milliers d’amateurs de technologie s’y sont rendus. Ainsi, durant une semaine, constructeurs, journalistes et férus d’innovation se sont côtoyés sur cette grand-messe de l’électronique pour découvrir les dernières nouveautés en matière de technologies et de gadgets grand public. Cette nouvelle édition, qui a eu lieu du 6 au 9 janvier à Las Vegas, était notamment consacré à l’Internet des objets (IoT) et à la connectivité et, plus particulièrement, aux objets connectés dédiés à la santé. Nous avons d’ailleurs recensé pas moins de 300 exposants dans le domaine de la santé connectée et de la biotechnologie dont 120 entreprises françaises, ce qui fait de la France le premier pays représenté d’Europe. Voici nos favoris parmi les plus prometteurs :

#1 My Biody Balance : pour un contrôle intégral de son corps

MyBiody Balance, qui fait partie des 24 start-ups sélectionnées pour représenter la France au CES de Las Vegas, a présenté un appareil de check-up maison qui délivre instantanément des informations quant à la forme physique de son utilisateur, notamment via l’indication de son taux d’hydratation, de sa dépense énergétique journalière, de sa masse osseuse, graisseuse et musculaire ainsi que son bilan d’équilibre corporel. L’appareil permet ainsi d’établir un bilan de santé et de détecter d’éventuelles carences.

#2 Cityzen Science, le cuissard connecté

Autre représentant tricolore, le spécialiste du vêtement connecté, Cityzen Sciences a dévoilé son cuissard intelligent bardé de capteurs pour mesurer les performances des sportifs : rythme cardiaque, vitesse, distance parcourue, cadence de pédalage ou encore temps en danseuse pour les cyclistes. Les données sont transmises à un ordinateur ou à un smartphone via Bluetooth grâce à un boitier amovible placé dans le dos du sportif. Ce cuissard connecté a d’ailleurs été primé au CES Innovation Awards 2015.

#3 Melo Mind, le casque pour gérer son stress

Après avoir pris la mesure de son corps, place au mental : pour mieux gérer son stress, la société MyBrain a lancé son casque Melo Mind, capable de capter et voir l’évolution du stress via une mesure de l’activité cérébrale. L’entreprise a également mis au point une application mobile qui propose une séance de relaxation musicale adaptée.

#4 Holî, l’ampoule qui fait dormir

Holî Sleep Companion est le dernier né de la start-up française FiveFive. Sleep Companion permet d’endormir son usager avec une lumière adaptée et de le réveiller en douceur grâce à un simulateur d’aube. Cette invention était, à l’origine, destinée à la NASA pour offrir aux astronautes de la Station Spatiale Internationale un sommeil plus naturel, sans somnifère. Désormais en vente pour tous, la lampe est reliée à une application qui donne des conseils personnalisés sur le sommeil, grâce aux données récoltées (bruit ambiant, qualité du sommeil, snooze, humidité, niveau de CO2…). Elle peut également être reliée aux objets connectés de Jawbone, Netatmo, FitBit ou encore Withings.

#5 Tao Chair : pour faire du sport sans lever le petit doigt

Et une fois le cerveau et le corps bien apaisés, il est possible de brûler des calories sur son canapé, devant sa télévision. Qui n’en a pas rêvé au moins une fois ? Tao Wellness rend l’expérience possible. La start-up basée en Californie présente la Tao Chair. Le fauteuil améliore la posture et propose, en lien avec l’application, des exercices pour perdre des calories et développer ses muscles par de simples pressions des bras et des jambes.

L’édition 2015 du Consumer Electronic Show faisait donc la part belle à la santé connectée. Franchirait-on une nouvelle étape en matière de bien-être et de santé 2.0 ? Tout porte à le croire ! A voir maintenant si ces nouveaux produits remporteront l’adhésion des consommateurs sur le terrain ou s’il s’agit là d’un épiphénomène à la durée de vie limitée. Mais quid de la sécurité et de la confidentialité des données dans tout cela ? Nous évoquions d’ailleurs dans l’un de nos derniers post blog le risque de dérive lié aux objets connectés.

 

onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Dubsmash, l’appli qui chantonne

Après l’Ice Bucket Challenge, laissez nous vous présenter Dubsmash, le nouveau phénomène viral. Cette nouvelle application, créée par trois allemands, vous propose de vous filmer en train de faire du playback sur une chanson ou sur une citation célèbre. Maintenant, grâce à Dubsmash, vous pourrez, par exemple, imiter le fameux « Bond, my name is James Bond » de l’agent 007 ou le « Je suis ton père » de Dark Vador ; un rêve qui devient réalité. Une fois la vidéo enregistrée, l’application vous propose ensuite de l’envoyer via Facebook, Instagram, WhatsApp,… ou simplement de l’enregistrer dans votre téléphone. Disponible depuis le 18 novembre dernier, Dubsmash est devenu un phénomène aux Pays-Bas et en Belgique avant d’arriver en France début décembre. Preuve de son succès, même les stars n’y échappent pas ! Ci-dessus, Adèle Exarchopoulos qui, avec son compagnon Jérémie Laheurte, nous refont une scène mythique du Full Metal Jacket de Stanley Kubrick. Et vous, vous avez essayé ?

#2 Le polyhandicap à travers les yeux d’un enfant

À l’occasion de la Journée Internationale des Personnes Handicapées (le 3 décembre), l’association Noémi a réalisé un nouveau spot qui vaut le détour. Cette vidéo nous met face à la double réalité du handicap, vue à travers les yeux d’enfants, et de leurs parents dans le but de briser les préjugés des adultes face au handicap Avec ce spot plein de poésie et de tendresse, Noémi nous montre une nouvelle façon d’appréhender le handicap.

#3 La « Théorie des six amis » par Mercure

La théorie des six amis (ou la théorie des six degrés de séparation) prétend que seules six personnes séparent un être humain d’un autre sur la planète. Soit quelqu’un qui connait quelqu’un, fois six… Mercure, la marque milieu de gamme non standardisée du groupe Accor, a lancé une opération basée sur cette théorie. Le principe est de sélectionner un candidat à travers le monde pour l’emmener à la rencontre d’un aborigène de la tribu des Bundjalung, en Australie. Et ainsi prouver que seulement 6 degrés de séparation les éloignent ! A chaque étape, le candidat sera accueilli par l’hôtelier Mercure qui lui révèlera où trouver son prochain ami. Pour participer, un casting international débute en janvier 2015 : les internautes sont invités à poster sur la page Facebook de Mercure une vidéo dévoilant leur personnalité, leurs passions, leurs motivations, leurs projets… Le voyage est prévu pendant 30 jours en mars 2015.

#4 Passer une nuit dans le temple de la mode pour donner le coup d’envoi des soldes d’hiver

Pour lancer en grande pompe les soldes d’hiver le 6 janvier, Les Galeries Lafayette et AirBnB se sont associés dans un concours original. Le but ? AirBnB propose à 6 personnes de passer une nuit inoubliable au sein même du temple de la mode parisien et de profiter avant tout le monde des soldes. Pour gagner les participants devaient envoyer via la plateforme d’hébergement un court texte expliquant pourquoi ils voulaient passer la nuit dans le magasin. Une idée original et féerique pour re-sacraliser les soldes en perte de vitesse en France.

#5 Un jean pour se protéger des vols de données

Symantec et Betabrand, une marque de vêtement de San Francisco vont lancer un jean capable de bloquer les ondes radio émises par un smartphone ou une carte bancaire. Les technologies bancaires utilisent de plus en plus le NFC et le RFID non sans danger pour les données personnelles qui risquent d’être volées. Ce vêtement innovant sera sans doute un sacré atout pour le futur !

Et si c’était Charlie qui unifiait les nations du monde entier…

Je me faisais la remarque, pendant la marche républicaine hier à Paris, que l’expression « l’union fait la force » n’a jamais été aussi vraie que dans les rues de la capitale et des grandes villes de France pendant ce dimanche 11 janvier 2015. Et je ne parle pas uniquement de cette union nationale, française, exprimée déjà par beaucoup, dans les médias, par des chefs d’état, des représentants religieux, des philosophes, et bien d’autres ; ni même de cet extraordinaire rassemblement fraternel, qui s’est déroulé dans un esprit calme, solidaire, recueilli, un peuple issu de multiples origines, religions et convictions politiques, tous unis par la même pensée : gardons notre liberté d’expression.

Je fais plutôt allusion à cet élan de solidarité qui a déplacé des chefs de gouvernements du monde entier, pour venir tenir les coudes, littéralement, de François Hollande, notre Président, en digne représentant de la France. Déplacement et rassemblement incroyables, qui donnent aux événements terribles de la semaine dernière une dimension humaine et planétaire semblable peut-être à la chute du mur de Berlin, ou encore à l’élection d’Obama à la présidence des Etats-Unis. Sauf que cette fois-ci, le déclencheur est un crime tellement barbare, tellement abject, contre un petit groupe de personnes – qui n’étaient ni des politiques, ni des religieux, ni des soldats, mais des gens comme vous et nous, qui exerçaient leur droit à la liberté, dans leur propre pays – que c’est chacun d’entre nous qui a été frappé, chacun d’entre nous qui se sent bafoué et chacun d’entre nous qui a envie de se lever pour exprimer sa solidarité.

Au-delà d’un patriotisme national, on peut parler de véritable élan de solidarité et de positivisme de l’humanité entière. Cela s’est fait sentir hier dans les rues et par des témoignages du monde entier. Cela s’est traduit par une pensée unique et commune qui se dégageait de cette marée humaine, et cela a, quelque part, fait ressortir en nous tous notre inébranlable attachement à la liberté d’expression.

Unis nous résistons.

 

Sue Gabin

Les 7 tendances RP & digitales 2015 : Plus de stratégie et plus d’audace !

Le métier des relations presse a connu de profondes transformations ces dernières années avec la montée en puissance des réseaux sociaux et du digital. Son périmètre d’intervention ne cesse de croître. Beaucoup se sont questionnés sur la nécessité de conserver les relations presse telles qu’on les a connues. En cherchant un véritable ROI dans les réseaux sociaux, les entreprises confient désormais aux agences RP les commandes d’une réflexion globale de stratégie de communication et d’influence.

Si aujourd’hui la tendance est d’élaborer un calendrier commun de contenu pour nourrir les flux RP et medias sociaux, les outils et les moyens utilisés pour communiquer doivent être repensés pour s’adapter à l’entreprise 2.0.

onechocolate a ainsi identifié les 7 tendances RP & digitales les plus significatives pour 2015 :

#1 Osez l’audace !

La valeur d’une agence réside, bien entendu, dans son carnet d’adresse et dans le bon relationnel qu’elle peut avoir avec les journalistes. Mais ce qui la distingue, c’est également  sa capacité à penser « out of the box » grâce à une stratégie efficace et adaptée à l’entreprise et aux cibles qu’elle souhaite toucher. L’agence doit être capable, en analysant le marché et les concurrents, de proposer de manière proactive à son client des idées « fraîches », des campagnes audacieuses, un positionnement différenciant et une approche originale. Sortir des sentiers battus est la stratégie payante pour 2015.

#2 Les RP as a Service

Les tendances actuelles convergent toutes vers des services additionnels assurés par des prestataires, sans engagement longue durée. Les relations presse n’échappent pas à ce phénomène. En plus, avec l’optimisation des budgets communication, les entreprises sont en demande d’agences « couteaux suisses » capables de décliner et d’adapter une campagne de communication sur plusieurs canaux et ce grâce à des « RP à la carte ». Les agences doivent donc s’adapter, chercher de nouveaux leviers de croissance.

#3 La marque à la recherche de ses influenceurs

Si rechercher des influenceurs pour les marques n’est pas nouveau, c’est  l’automatisation qui a pris le pas sur la recherche « manuelle ». En effet,  dénicher le bon influenceur, celui qui deviendra l’ambassadeur de la marque, qui partage les valeurs de la marque, qui dispose d’un réseau suffisamment influent pour avoir un réel impact sur les campagnes, c’est parfois chercher le mouton à 5 pattes ! Pour se dédouaner du temps d’une recherche fastidieuse, des outils très performants comme Traackr ou Sysomos répondent à ces problématiques grâce à des algorithmes puissants. Les community managers ont recourt à ce type d’outils qui industrialisent toujours plus la recherche d’influenceurs.

#4 Le communiqué de presse ne suffit plus !

Auparavant, envoyer un communiqué de presse permettait de générer de nombreuses retombées presse or, aujourd’hui, il n’a plus la même portée. Il a toujours une valeur officielle et indispensable pour les entreprises mais cette valeur tend à jouer un rôle de source chronologique d’annonces majeures, fournissant ainsi une histoire documentée à  l’entreprise. En effet, les journalistes ne se contentent plus d’une information formalisée par un communiqué. Ils attendent des informations pré-packagées ; certains ont déjà adopté le communiqué de presse 2.0 fournissant contenus, images, vidéos sur une seule plateforme ou bien d’un hub hébergeant tous les visuels dont les journalistes ont besoin (Pinterest est un outil idéal pour cela). Mais quand on ne s’appelle pas Microsoft ou Apple, il est difficile d’interpeler les media uniquement via cet outil et de se frayer un chemin dans ce monde de communication saturé. Pour autant, les journalistes sont à la recherche de contenus originaux qui diffèrent de ceux qu’ils reçoivent en permanence. Alors pour y parvenir la meilleure astuce est de s’éloigner des standards de la communication pour se créer son propre tempo médiatique !

#5 Des réseaux sociaux moins cloisonnés mais plus exigeants

Les réseaux sociaux ont encore évolué vers  plus de maturité en 2014. Aucun nouvel acteur marquant sur le marché mais des services devenus encore plus mobiles pour s’adapter aux modes de vie nomades des utilisateurs. Pour autant, si les internautes acceptaient d’une marque internationale qu’elle ne communique qu’en anglais par exemple, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Pour se fondre dans la culture du pays, les marques doivent être plus attentives et adapter leurs actions et surtout la langue dans laquelle elle s’exprime pour communiquer efficacement avec leur communauté. De plus, l’année 2015 sera certainement l’année du ROI social et l’intégration de plus d’opérations médiatiques payantes.

#6 L’année de la vidéo

Les vidéos proposant un contenu éducatif (surtout pas promotionnel) auront la part belle dans le développement de contenu de la marque. L’humain prend sa place facilement dans ce média qui va être de plus en plus populaire, même dans les campagnes B2B.

#7 Le contenu continue

Le concept « Content is king » va continuer en 2015 avec encore plus de réflexion pour donner envie aux internautes de le partager. Le contenu, sous toutes ses formes, doit refléter les valeurs et la personnalité de l’entreprise, et le challenge de maintenir l’intérêt des communautés dans la durée exigera des stratégies alliant éducation, humour et interaction en permanence.

 

 

 

Réseaux sociaux : Les plus grandes erreurs commises en Europe par les marques US

Dans un blog post récent, nos collègues anglais ont examiné les plus grandes erreurs faites en RP B2B par des marques américaines lorsqu’elles arrivent en Europe … mais quid des médias sociaux ?

Eh bien, voici notre point de vue sur les trois domaines clés que de nombreuses marques, non seulement, manquent à intégrer dans leur stratégie européenne, mais sous-estiment complètement ! Voici donc les tactiques et pratiques malignes pour attirer une vraie communauté européenne, développer votre influence et obtenir un meilleur retour sur investissement – c’est garanti.

# 1 Dialoguez avec vos audiences internationales

Cela peut sembler évident, mais les marques qui cherchent à s’implanter en Europe et à développer des relations profitables avec leurs futurs clients doivent instaurer un vrai dialogue avec leurs audiences dans la langue du pays, surtout en ce qui concerne les audiences dans les pays prioritaires. Bien que l’anglais soit généralement la langue courante « préférée » dans le monde des affaires, elle est native pour seulement 18% des Européens, alors que l’Union Européenne compte 23 langues pour 28 pays. Une approche de content marketing «one size fits all » ne pourra, tout simplement, pas fonctionner. Pour développer la notoriété de la marque, de l’engagement et de la génération de leads, il est essentiel de transformer vos messages clés d’origine US d’une manière qui résonne avec les marchés européens spécifiques.

Avoir une approche globale de la gestion des réseaux sociaux en essayant de cibler un large éventail de marchés différents est un chantier énorme, nous en sommes conscients. Surtout lorsque votre ambition est d’établir une présence sérieuse et durable en Europe.

Toutefois, la démarche n’est pas aussi compliquée qu’elle en a l’air; elle peut être simplifiée de façon spectaculaire par la réutilisation de vos atouts digitaux. Par exemple, vous pouvez « repackager » vos contenus numériques UK ou US  pour être utilisés pour d’autres marchés européens : l’actualité de la société, les tendances du marché européen sont typiquement des contenus qui intéressent tous les pays et peuvent être traduits et adaptés pour des réseaux sociaux au niveau local.  C’est quelque chose que nous mettons en place pour nos clients internationaux très régulièrement.  Nous rajoutons à cette base de contenu des articles de presse sur les tendances marché et des statistiques venant des études de marché, et nous intégrons le tout dans les calendriers de contenu au niveau local, en y associant des commentaires sur les défis ou les éventuelles opportunités de telle ou telle industrie. Ce genre de contenu à valeur ajoutée séduira vos audiences médias et influenceurs qui sont souvent à la recherche d’expertise.

# 2 Maximisez vos ressources

Il est important de créer un contenu pour les médias sociaux en langue anglaise pour l’Europe anglophone aussi. Ceci se fait à travers l’élaboration d’un calendrier de contenu mettant en exergue les événements pertinents et les tendances marchés européens. Bien sûr, il faut inclure une partie du contenu américain, aligné sur les initiatives US. Pour faire le bon choix des sujets US pour l’Europe,  il est souhaitable de faire une sélection des thématiques phares de votre métier et de votre marché. Ainsi, pour chaque calendrier conversationnel mensuel, vous pouvez définir un pourcentage de contenu européen qui aura une «place » réservée parmi le contenu global.

Un autre élément qui peut aider vos équipes marketing en interne est de fournir du contenu «prêt à poster » pour Twitter, LinkedIn, Google+, et Facebook ainsi que des sujets de discussion avec des tactiques d’engagement pour les groupes et les pages de LinkedIn en Europe. Vos collègues européens peuvent poster ce contenu sur leurs pages personnelles de Twitter et LinkedIn – et ainsi créer plus de buzz, accroître les communautés et dialoguer directement avec leurs prospects.

Ne prenez pas à la légère le concept «  opérationnel 24/7 » !  On peut remplir cet espace « non utilisé » de décalage dans les horaires avec un contenu spécifique à la région de votre audience pendant les heures ouvrables. En tant qu’agence paneuropéenne, nous gérons souvent l’animation des médias sociaux en « relais » avec les équipes US de nos clients pour tirer parti des décalages horaires et des heures ouvrables. Par exemple, nous gérons Twitter / LinkedIn / Facebook / Google + pour les campagnes européennes le matin (GMT) et nous rendons les rênes lorsque les États-Unis se réveille dans l’après-midi (par exemple ET / PT). Pour les clients mondiaux, nous pouvons alors également passer les rênes à APAC. Intelligent, non?

# 3 Identifiez les influenceurs locaux

Nous constatons souvent que les marques US dialoguent avec leurs clients et influenceurs américains mais n’ont pas de communauté européenne significative. L’importance cruciale d’identifier et de cibler des influenceurs clés européens peut sembler une évidence, mais, encore une fois, elle est souvent négligée. Cet effort d’essayer de comprendre «qui est qui» dans un pays donné est primordiale pour toute marque qui souhaite sérieusement établir une présence et une voix en Europe. Qu’il s’agisse de médias, de blogueurs, d’analystes, d’organismes sectoriels, de think tanks, de clients existants ou potentiels, et d’autres parties prenantes, tous doivent faire l’objet d’une recherche pour connaître leurs plateformes prioritaires de choix dans chaque marché local. Ces renseignements deviendront essentiels pour orienter votre stratégie de content marketing, à savoir un contenu soigneusement ciblé, en avance de ses concurrents et surtout pertinent. Bien comprendre qui dit quoi et où, aussi bien que les besoins et défis spécifiques à chaque marché vous permet d’adapter vos messages clés pour cibler les bonnes personnes, avec le bon contenu, au bon moment – en Europe.

 

 

Identifier ses influenceurs rapidement : les nouveaux outils de marketing d’influence

Dans le cadre de différents projets, j’ai pu tester 2 outils parmi les plus reconnus  – et parmi les plus chers – du monitoring en ligne : Traackr et Sysomos.

Rechercher, sélectionner et organiser son réseau d’influence pour travailler sur sa visibilité peut vite devenir chronophage voire un job à temps complet. Le nombre de producteurs de contenus sur le web étant exponentiel, la tâche devient de plus en plus difficile.

Aussi, comment isoler les influenceurs qui sont pertinents pour ma marque ? Comment engager une conversation judicieuse avec les profils sélectionnés ? Comment réagir à leurs contenus pour intégrer leur réseau avant de pouvoir les solliciter pour sa cause ?

Si l’on cherche à identifier les joueurs et les clubs sportifs, les émissions de télévision les plus populaires dans les réseaux sociaux ou les blogueurs de chiens et de chats, les outils de mesure accessibles gratuitement sur le Web peuvent très bien répondre à la demande. Cependant, si l’on veut dénicher les influenceurs qui auront éventuellement un réel impact dans des campagnes de marketing sur  les réseaux sociaux, il faudra creuser davantage et analyser la valeur de leurs contenus dans le contexte de ses propres objectifs.

Traackr et Sysmos sont deux outils particulièrement puissants qui peuvent certainement aider à répondre à ces problématiques. Alors lequel choisir ? Tout dépend de son projet ! Avant d’y répondre voyons ce que ces deux automobiles de luxe de l’influence ont sous le capot :

A tout seigneur, tout honneur, commençons par la société qui a été une des premières à sortir un produit fiable et puissant sur le marché, j’ai nommé Sysomos. Cette société propose deux offres : Map et Heartbeat. La  première permet d’avoir un historique de 2 ans de tous les échanges sur Twitter et de retrouver rapidement les influenceurs les plus pertinents pour ses thématiques. La seconde,  Heartbeat – que j’ai testé – permet une bien plus grande personnalisation de ses mots clefs et met en place une veille le jour où elle est activée, ce qui fait que l’on ne peut obtenir des résultats pertinents qu’au bout de plusieurs semaines. Pourquoi choisir le second produit, alors ? Pour des questions de coûts, mon général ; le second est prés de 3 fois moins cher ! Toujours est-il que, une fois mis en place, Heartbeat permet de produire des rapports puissants et graphiquement très jolis :

Ensuite, parlons de Traackr qui se distingue en classant les influenceurs sur 3 critères (là où Sysmos n’en donne qu’un) :

–       la portée (reach) : la taille de son réseau,

–       l’amplification (resonance) : la reprise de ses messages par son réseau,

–       la pertinence (relevance) : la concordance du message avec les objectifs.

Cela permet de qualifier rapidement la qualité de l’influenceur considéré. Le grand avantage de l’outil par rapport à Sysomos est qu’il n’y a pas de limite de durée (on remonte dans l’historique des échanges sociaux suffisamment loin en arrière pour que ce soit pertinent), que la présentation de chaque influenceur est particulièrement complète, et que l’outil est extrêmement intuitif. Le point faible est que, si Traackr considère bien de nombreux réseaux sociaux, dans les faits, on se rend compte que les 3 critères donnent la prédominance à Twitter. Ainsi, un influenceur particulièrement actif sur LinkedIn sera toujours moins bien considéré que celui qui le sera sur Twitter.

Pour conclure, je dirais que l’outil parfait n’existe pas. Choisissez en fonction de vos objectifs et de votre budget. Pour ma part,  je reconnais une préférence pour Traackr du fait de sa simplicité et de l’immédiateté de ses résultats mais cela ne m’empêchera pas de conseiller tout de même Sysomos à toute société souhaitant monitorer en temps réel sa présence online et/ou de la comparer à celle de ses concurrents, par exemple.

 

Edouard Fleuriau-Chateau

Pour vous inscrire à notre newsletter

Categories

Archive