onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Quand Dalí rencontre la VR

Le 23 janvier dernier, le musée Salvador Dali a inauguré son exposition « Disney & Dali : les architectes de l’imagination », faisant le lien entre ces deux grands hommes du XXème siècle. Parmi les nombreux événements organisés à l’occasion de ce voyage dans l’esprit des artistes, « Dreams of Dali » nous permet de profiter des œuvres du peintre espagnol d’une toute nouvelle manière avec la réalité virtuelle. Equipé d’un casque de réalité virtuelle, le visiteur pourra être véritablement plongé dans l’Angélus de Dali, comme s’il en faisait partie intégrante. Selon nous, l’envoûtante musique Where is My Mind jouée par Maxence Cyrin est tout simplement magnifique.

#2 Encore une belle opération pour Michel et Augustin

Leur histoire aux États-Unis avait commencé avec l’opération « #AllezHowardUnCafé » qui leur avait permis d’être distribué chez Starbucks Coffee. Les auto-proclamés « Trublions du goût » sont aussi de véritables « Trublions du marketing ». Leur recette ? Une communication décalée qui frôle le guérilla marketing et un bouche à oreille constant qui a permis à la marque de se créer une très forte communauté sur les réseaux sociaux. Une nouvelle fois, Michel et Augustin ont imaginé une campagne de street-marketing, fer de lance de leur communication, dans les rues de New-York, où deux personnes envoyées par la marque mettent au défi les américains de lire une phrase entièrement écrite en français !

#3 Téléphonez-moi !

hands-people-woman-hand

Le téléphone traditionnel était déjà en train de disparaître dans de nombreux foyers. Voilà qu’en 2016, 26 % des détenteurs de smartphones aux États-Unis et en Europe ne passeront plus le moindre coup de fil traditionnel au cours d’une semaine, prévoit le cabinet Deloitte ! Ces individus baptisés “data exclusives” par le cabinet de conseil n’auront pas cessé de communiquer, mais ils le feront différemment : par messagerie instantanée et services vidéo, ou sur les réseaux sociaux. Le téléphone ne servira plus à téléphoner. Il est désormais ringard. Il fait perdre du temps, il dérange, bref il est moribond. On se textote ?

 #4 Be like Bill

FullSizeRender-4

Depuis quelques jours, Be Like Bill a envahi Internet. Il s’agit de déclinaisons d’un dessin simpliste, représentant Bill, un citoyen modèle. On peut également citer quelques copies francophones, telles que « Soyez comme Kévin » ou « Soyez comme Simon ». Si la plupart de ces dessins ont été réalisés dans le but de faire passer des messages pour « bien vivre ensemble », le site Digital Synopsis a eu l’idée géniale de réaliser des déclinaisons adaptées aux professionnels du numérique. Que vous soyez designer, développeur, media planner, directeur artistique ou CEO, et que vous travailliez en agence ou chez l’annonceur, vous devriez pouvoir partager ces dessins avec certains collègues… En effet, ces dessins permettent de dresser le portrait du collègue idéal du secteur du numérique. Drôle !

#5 Un igloo en location sur Airbnb

Airbnb-igloo-447x484

Un terrible blizzard parcourt la côte Est des États-Unis depuis le 23 janvier dernier. Répondant au surnom de “Snowzilla”, la tempête Jonas a déjà causé la mort de 25 personnes. Cependant tout n’est pas si sombre. Un habitant de Brooklyn a même tenté de tirer profit des conditions météorologiques. Il a construit un igloo dans son jardin, pouvant loger deux personnes, avant de le mettre en location sur Airbnb pour 200$ la nuit. Six heures plus tard, la plateforme a décidé de retirer l’offre pour des raisons de sécurité. Le service souligne que le toit risquait de fondre à tout moment. Le New-Yorkais ne désespère pas pour autant puisqu’il va tenter sa chance sur Craiglist.

Les dirigeants sur les réseaux sociaux – le moment de briller est arrivé !

CZLIONlWIAAnLi-

Les médias sociaux sont désormais intégrés aux campagnes de communication de la plupart des marques même au sein des entreprises B2B. Ils sont arrivés dans l’espace des consommateurs, puis ont passé la barrière des entreprises et sont maintenant au cœur de chaque secteur d’activité. Mais quid des directions ?

Selon une récente étude de Hubspot, 71% des personnes interrogées aux États-Unis et 61% au Royaume-Uni sont convaincues qu’une entreprise est plus fiable si leurs cadres dirigeants utilisent les réseaux sociaux. Malgré cela, la majorité des dirigeants restent souvent invisibles dans la sphère sociale, soit parce qu’ils n’ont pas de présence sur les réseaux sociaux soit en raison de comptes inactifs.

Pourtant, la réalité est que, plus encore qu’avant, les consommateurs se tournent vers des marques en qui ils ont confiance. Et voici matière à réflexion : une marque proposant des produits ou des solutions de qualité mais dont les dirigeants ne sont pas considérés comme des leaders d’opinion sur les réseaux sociaux peut donc être dépassée par une marque moins innovante dont les dirigeants ont engagé un dialogue ouvert, honnête et inspirant avec leurs clients.

Nous savons tous que les acheteurs effectuent plus de la moitié de leurs recherches en ligne avant de faire un achat, ce qui signifie que maintenant le marketing occupe une part non négligeable dans le cycle de revenus. C’est précisément là que les experts de la marque doivent intervenir et entrer en scène.

Les acheteurs ne comparent pas seulement les entreprises, ils veulent également s’engager avec elles en ligne – leur exposition aux messages et aux commentaires des dirigeants de la marque sur LinkedIn et Twitter, ou via les blogs, peut susciter leur intérêt, influencer leur opinion et infléchir leurs opinions de manière positive. Quand ils en viennent à établir le leadership et l’expertise, à bâtir une relation avec les clients en mettant un visage humain engageant derrière une marque, quel meilleur endroit pour commencer si ce n’est par le haut ? Les dirigeants sont sans doute les plus grands atouts d’une organisation.

Voici nos cinq principales raisons pour bâtir une présence visible et active pour votre CEO, CFO, CTO, CMO et CIO – pour tout le bénéfice de la marque et le business de l’entreprise.

1/ Distinguez-vous de vos pairs

N’aimeriez-vous pas avoir une longueur d’avance sur vos concurrents ? Construire la présence de leur propre marque sur les réseaux sociaux permet aux dirigeants de démontrer leur expertise au-delà des murs de la salle de réunion. Ils sont ainsi à la pointe des conversations de l’industrie, et ils peuvent apparaître comme leader en matière de pensée, alors ils auront déjà une longueur d’avance. Les chefs d’entreprise qui ont réussi sont recherchés par leurs clients, leurs partenaires et même leurs concurrents. Ils se sont distingués en étant des dirigeants et des membres influents au sein de la communauté de l’industrie, en partageant leurs connaissances, leurs passions et leurs idées.

2/ Soyez dans le radar de la presse

Les médias sont de grands fans des réseaux sociaux, et de Twitter, en particulier. Avoir une forte personnalité en ligne peut donner à vos dirigeants une plus grande exposition face à certains journalistes qui cherchent des commentaires et des avis sur les dernières tendances et des news sur le marché. Vous voulez obtenir cette double page d’interview dans Forbes ? Eh bien, vous maximiser vos chances si le journaliste sait déjà qui est votre dirigeant.

En se connectant avec les journalistes et les analystes de votre secteur, votre PDG pourra créer des relations positives, ce qui pourrait conduire à une plus grande couverture presse.

3/ « Réseauter » malin

Évoluer vers la communication en ligne augmente également la probabilité de nouvelles opportunités. Tant que vos dirigeants comprennent comment faire fonctionner ces réseaux, et si ce qu’ils disent est pertinent et utile, alors il y a là une vraie occasion pour nouer de nouvelles relations avec des clients potentiels.

Coacher et soutenir vos cadres supérieurs pour devenir actifs sur LinkedIn, avec un plan stratégique pour poster des commentaires régulièrement, partager des liens et publier des articles, permet de leur faire intégrer le cercle fermé des principaux influenceurs.

4/ La gestion de crise intelligente

Les médias sociaux sont devenus un outil précieux dans une situation de crise. Leur immédiateté permet aux marques d’informer et de communiquer avec les clients rapidement et efficacement dans les moments de crise. Bien sûr, toute gestion de crise doit être soutenue par un plan de communication robuste, livré avec tact et compréhension, mais des déclarations des dirigeants peuvent souligner la force de caractère de la direction. En envoyant des messages d’information et de transparence à partir du compte personnel de la direction, vous le positionnez comme quelqu’un capable d’affronter des défis de front.

5/ La crédibilité de la marque

En 2016, ce n’est plus un secret pour personne que la communication d’entreprise et leurs engagements sont avant tout une question « sociale ». Pouvez-vous imaginer l’un des dirigeants d’une de ces entreprises de haute technologie de premier plan au niveau mondial ne sachant pas poster un tweet ? C’est ce que nous attendons de nos politiciens, alors pourquoi pas de nos dirigeants d’entreprise ?

Cette crédibilité peut également étendre les relations internes au sein d’une entreprise – un PDG non impliqué dans les réseaux sociaux, ne peut comprendre totalement ce qui est en jeu et ce qu’il pourrait en retirer en terme de business pour son entreprise que ce soit au niveau de nouvelles opportunités pour les ventes, du contrôle de la messagerie d’entreprise, ou du service à la clientèle.

Un PDG peut, bien sûr, être toujours considéré comme digne de confiance ou sympathique, même s’il n’est pas actif sur les réseaux sociaux. Mais il y a souvent un décalage entre la direction et les employés sur le terrain qu’il est difficile d’ignorer. Les réseaux sociaux favorisent également le partage d’information mais servent aussi à filtrer les rapports au sein de l’entreprise en interne, ce qui ne peut qu’avoir un effet positif sur les employés et sur les clients.

Virtual Reality in the spotlight for marketers

VR2-363x484

Virtual Reality (VR) was the most talked about trend to come out of the biggest tech show on earth, CES. VR seems to be the technology poised for the biggest breakthrough into the mainstream in 2016.

The hotly anticipated major players, including Facebook’s Oculus RiftPlaystation VR and HTC’s Vive will go on sale in the coming months, and paving the way, we’ve already seen a number of players jump the gun with VR headsets that are highly accessible – and affordable.

The launch of the Samsung VR Gear headset in the US for just $99 (£65) and the proliferation of cheap cardboard versions, championed by Google, is helping VR to go mainstream.

It’s now in the spotlight and has everyone from marketers and media, to brands eager to watch and explore the smartest and fastest ways to embrace the trends: it’s a new way for consumers to be entertained and symbolises a new method of storytelling for content creators.

What’s most exciting is the way in which it has the power to transform the future of marketing. The gaming industry was the most obvious first home for VR, but it now goes way beyond this. It’s transforming storytelling, medicine, education, design and much more. It’s the next step in computing.

For digital marketers, the opportunity to take storytelling to the next level with VR is the next ‘hot topic’. The ability to offer consumers fully-immersive experiences, via 360-degree video, to sample and review a holiday resort, a music gig or a sporting event, really puts them in the driving seat – representing a compelling new way to showcase a brand to the consumer.

As reported by The Guardian, it’s predicted that more than 12m VR headsets will be sold by the end of this year and by 2020, 30m headsets will have been sold globally.

Among investors, this is no longer simply seen as a very cool technology idea – many are now flocking to VR companies to get their piece of the action.

Now’s the time to switch your thinking on to VR and consider it for your future marketing plans. Whether it be through content creation, in the social space or laying the foundations for a VR advertising experience – VR is tipped to fly.

onechocolate France loves… spécial Noël

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Fashion Santa

FullSizeRender

Cet hiver, les enfants qui iront au centre commercial de Yorkdale à Toronto ne prendront pas de photos avec le traditionnel père noël (c’est-à-dire un comédien habillé de rouge arborant une fausse barbe), mais avec Paul Mason, un mannequin de 50 ans qui en impose. Le ventre bedonnant et le bonnet à pompon ont été abandonnés pour faire place à des accessoires plus dans l’air du temps. En Dolce & Gabbana, Diesel ou Burberry, le mannequin qui arbore fièrement une vraie barbe blanche impeccablement taillée ne passe pas inaperçu. Cette version moderne du Père Noël est devenue une véritable star, non seulement pour son côté irrésistible mais aussi pour la cause qu’il représente : pour chaque selfie avec lui posté en ligne, avec le hashtag  #YorkdaleFashionSanta, le centre commercial Yorkdale s’engage à verser 1 dollar canadien à la Sick Kids Foundation en faveur des enfants malades, jusqu’à un maximum de 10 000$. On aime cette campagne sexy et généreuse !

#2 Lâchez vos cordes vocales avec The Body Shop

On aime cette vidéo, gentiment impertinente, qui s’ouvre sur une fin d’effeuillage, suivie aussitôt d’un saut dans la douche ou dans le bain pour les 10 protagonistes représentant quelques coins du monde : Chine, Portugal, Allemagne, Japon, France ou encore Suède. Cela chante plutôt juste, parfois à tue-tête, en tout cas toujours dans l’esprit de Noël, et bien sûr en se frictionnant de produits Body Shop et son aspect bon enfant donne inévitablement le sourire ! The Body Shop n’oublie pas ses valeurs en matière de développement durable. Pour tout coffret de produits « Jingle Bells » acheté, l’enseigne de cosmétique offre une journée d’eau potable à une famille en Ethiopie, en partenariat avec l’ONG Water Aid. Parce que Noël est aussi une fête de la solidarité !

#3 Le calendrier de l’avent de Google

santa

Le site Google Santa Tracker est à nouveau disponible depuis ce début de mois, prenant la forme d’un calendrier de l’avent. A chaque jour sa petite surprise jusqu’au 24 décembre. Cette année, Google attire l’attention sur la façon dont est fêté Noël à travers le monde, et met en avant diverses traditions dans des vidéos et des animations. Le tout est accompagné d’un compte à rebours annonçant l’envol du père Noël et, à partir du 24 décembre, la firme de Mountain View proposera de suivre l’avancée du père Noël dans sa tournée annuelle à l’aide de Google Maps.

#4 La course aux jouets sur Twitter

orange fr

A l’occasion de Noël, Orange, l’un des principaux opérateurs de téléphonie en France, a lancé un grand jeu interactif sur Twitter grâce à un système de tweets à choix multiples. L’internaute est invité à se mettre dans la peau du nouveau père noël puisque l’ancien à démissionner juste avant les fêtes. Sa mission s’il l’accepte est de sauver Noël ! Belle campagne qui utilise intelligemment la fonction “Collections” de Twitter.

#5 Le vrai cadeau ce sera le papier cadeau chez Burger King

burger king

Depuis son retour réussi en France, Burger King ne cesse de multiplier les campagnes marketing et Noël n’échappe pas à la règle ! Cette année, le célèbre fast-food réinvente les coutumes : le vrai cadeau n’est plus le contenu mais le contenant ! Du vendredi 18 décembre au jeudi 24, Burger King offre à ses visiteurs une feuille de papier cadeau Burger King pour emballer ces cadeaux. Coup double pour la marque, si les personnes ramènent le papier cadeau intact entre le 26 et le 31 décembre, alors un Whopper leur sera offert en échange !

#6 Faites un break avec KitKat

La frénésie de Noël va bon train depuis près d’un mois et la surenchère dans les publicités semble sans fin. KitKat a donc adopté une approche différente et à contre-courant. La marque offre ainsi un espace vide, tout simplement, qui porte la voix apaisante de l’acteur Tom Hollander nous incitant à faire une petite pause dans notre course aux cadeaux de Noël. Très agréable !

5 bonnes raisons pour les entreprises B2B d’utiliser Facebook

Facebook-and-world1-484x271

Imaginez la scène : vous êtes en plein dans la planification et la budgétisation de l’activité marketing pour l’année prochaine. On vous a dit d’essayer de nouvelles choses et d’explorer différentes possibilités (tout en restant dans le budget et avec un ROI assuré, bien sûr), mais à chaque fois que vous suggérez quelque chose, votre direction refuse. À première vue, Facebook pourrait faire partie de ces suggestions sitôt proposées, sitôt rejetées.

« Pourquoi devrions-nous être sur Facebook ? Les personnes auxquelles nous nous adressons ne sont pas sur Facebook ! Je n’y suis pas, et aucun de mes contacts dont des chefs d’entreprise n’y est. C’est une perte de temps et de budget. »

Cela vous semble familier, n’est-ce pas ? Mais Facebook peut être l’outil marketing innovant que vous cherchez. Facebook ne fait pas partie des préoccupations de nombreuses entreprises B2B – et c’est une erreur. Les directions avaient peut-être raison, il y a encore deux ou trois ans, mais le réseau social a mûri depuis et rassemble désormais une communauté prête pour le B2B.

Voici les raisons pour lesquelles les entreprises B2B doivent utiliser Facebook, afin de convaincre votre employeur qu’il est désormais temps d’y regarder de plus près :

#1 La base d’utilisateurs Facebook a changé de manière significative

Les étudiants qui étaient actifs sur « The Facebook » sont toujours là, mais souvenez vous que la plate-forme a commencé en 2004. Cela signifie que les premiers utilisateurs sont maintenant dans la trentaine. C’est un schéma qui se répète ; Facebook a grandi et ses premiers utilisateurs ont grandi avec lui, augmentant ainsi l’âge moyen des utilisateurs. Les 15-20 ans se sont d’ailleurs tournés vers d’autres media sociaux tels que Snapchat.

De 2010 à 2014, Facebook a connu une forte croissance chez les utilisateurs américains âgés de 55 ans et plus (+80%), et une bonne croissance chez les utilisateurs âgés de 35 à 54 ans (41%). En effet, les plus de 55 ans affluent sur Facebook et ils ont permis au réseau social d’atteindre les 1,5 milliards d’utilisateurs – et c’est une bonne nouvelle pour les entreprises B2B. Après tout, les adolescents n’ont probablement pas les ressources financières suffisantes pour votre offre… !

#2 C’est là que vos prospects passent une bonne partie de leur temps

Cette nouvelle base d’utilisateurs signifie que les prospects face auxquels vous voulez être, passent beaucoup de leur temps sur la plate-forme. En effet, plus de 65% des 1,5 milliards d’utilisateurs de Facebook y accède tous les jours.

Comme nous le savons, les personnes qui effectuent des recherches sont généralement un peu moins âgés, et, en tant que tels, elles sont plus susceptibles de faire partie de la tranche d’âge 35-54 ans, tranche d’âge auprès de laquelle Facebook continue de jouir d’une forte croissance. Si vous pouvez augmenter la notoriété de votre marque et vous différencier lors des diverses recherches effectuées sur ce media social pour votre cible potentielle, alors vous avez beaucoup plus de chances d’être recommandés à leurs patrons lorsqu’ils font leur étude de marché.

#3 Facebook s’engage sur la voie de l’entreprise

Facebook ne serait pas là où il est aujourd’hui si le réseau social n’était pas conscient de l’évolution mentionnée ci-dessus ? Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg savent que la plate-forme est en train de changer et sont conscients des possibilités offertes. De ce fait, de fonctionnalités sont venues enrichir la plate-forme telles que Facebook at Work, Work Chat (la version pro de Messenger) et Facebook Notes (pour les blogs et de longs textes). On pourrait affirmer aujourd’hui que Facebook cherche à séduire les entreprises B2B ; c’est donc le moment idéal pour prendre une longueur d’avance et vous lancer.

#4 Vous pouvez toujours profiter de la publicité très bon marché

Jusqu’à présent, nous avons seulement effleuré les possibilités offertes par Facebook pour les entreprises B2B, mais si vous investissez un peu d’argent sur votre activité Facebook, elle peut vraiment s’envoler. Facebook propose un ciblage précis qui inclut, entre autres, le comportement et le type d’industrie, en plus d’un tableau de bord d’analyse avec des données détaillées qui vous aident à mesurer le succès de la campagne de plusieurs façons.

Mais le véritable avantage de la publicité sur Facebook – du moins pour le moment – c’est son prix. Les clics peuvent être achetés pour quelques centimes seulement. Comparé à des coûts par clic pour LinkedIn de l’ordre de 5 euros et même des offres de suggestions Google AdWords de 25 euros pour des mots-clés B2B concurrentiels, et il est logique d’investir une partie de votre budget dans Facebook. Mettez un peu de temps dans l’optimisation de vos posts, de vos visuels, ainsi que dans le ciblage et vous obtiendrez des résultats qui vont impressionner vos responsables sans que cela ne vous coûte les yeux de la tête.

#5 D’autres entreprises B2B ont rencontré le succès sur Facebook

Vos concurrents peuvent ne pas encore être actifs sur Facebook, mais cela ne signifie pas que d’autres entreprises B2B n’ont pas connu le succès sur le réseau social. Knowlarity, une entreprise de télécommunication, ciblait les décideurs en Inde avec une campagne payante sur Facebook visant à accroître le nombre de leads de qualité, et elle a ainsi obtenu des résultats vraiment impressionnants.

En fait, 40% des leads de Knowlarity venaient directement de Facebook. Couplez ces stats déjà impressionnantes avec une diminution de 50% du prix-par-conversion et une augmentation de 40% du nombre de leads générés, et la valeur de Facebook pour les entreprises B2B n’est clairement plus à démontrer.

Il est peut-être temps à présent de montrer ces chiffres à votre direction et de vous interroger : « S’ils peuvent le faire, pourquoi pas nous ? »

Comment les entreprises ont tiré leur épingle du jeu pendant la COP21 ?

madav

La Conférence Paris Climat 2015 (COP21) touche aujourd’hui à sa fin. Cet événement majeur qui s’est tenu à Paris du 30 novembre au 11 décembre a cristallisé l’attention de nombreuses parties prenantes : chefs d’état, politiques, associations, citoyens, médias et, bien entendu, entreprises.

Si les 2 premiers jours ont été particulièrement médiatisés avec la venue des chefs d’état, les autres jours se sont déroulés plus « paisiblement » entre réunions, négociations et rencontres avec les entreprises venues présenter leurs innovations « vertes » au Musée de l’air du Bourget sur plus de 10 000m². Stands grandioses, animations, cocktails, tout a été mis en œuvre pour maximiser cette rencontre de relations publiques et attirer les politiques du monde entier pour de futurs projets. Néanmoins, ce privilège n’était réservé qu’à un nombre restreint d’entreprises.

Avec 83% des Français qui perçoivent la lutte contre le changement climatique comme une opportunité pour inventer de nouvelles habitudes de vie selon l’IFOP, les entreprises ont bien compris qu’elles avaient une carte à jouer pendant cette grande messe écologique.

Chacune a élaboré une stratégie différente : certaines sont devenues partenaires de l’exposition Solutions COP21 au Grand Palais. Une initiative grand public avec près de 50 000 visiteurs attendus qui vise à faire découvrir « les solutions concrètes et déjà accessibles pour entrer dans la société post-carbone ». Contrairement à la stratégie de relations publiques des entreprises de prise de contact et de business, celle-ci a permis aux entreprises, sous la caution scientifique, d’augmenter leur notoriété et faire connaître leur engagement de développements durables au plus grand nombre.

Des initiatives de grande ampleur ont également eu lieu sur les Champs Elysées avec l’impressionnante éolienne érigée par Ikea. Les passants ont été invités à pédaler, courir et même se balancer pour produire de l’électricité et ainsi illuminer l’avenue. En s’associant avec l’Ademe, la ville de Paris et la fondation Nicolas Hulot, Ikea a réussi un coup de maître : faire aimer la marque et faire connaître l’engagement d’Ikea sur les nouveaux moyens de consommation durable.

Enfin, pour certaines entreprises, nul besoin de se rassembler et de se rapprocher d’associations, elles n’ont pas hésité à communiquer par elles-mêmes sur leur engagement RSE via des canaux de communication classiques.

Parmi les campagnes qui ont réussi à tirer leur épingle du jeu et avoir de belles coupures de presse, on peut citer la célèbre marque de glaces Ben & Jerry’s avec une campagne d’affichage d’envergure dans le métro parisien « Marchons pour le climat avant d’avoir à nager ». Celle-ci met ainsi en scène la vache Woody, la mascotte de Ben & Jerry’s, entourée des plus grands monuments parisiens, ensevelis sous les eaux . KPMG a, lui, développé un outil original mettant en avant son expertise le «Climate Talks Live». Il s’agit d’un outil de curation de contenus offrant une vue d’ensemble des conversations sur les réseaux sociaux autour de la COP21.

Pour autant, les entreprises n’ont pas été les seules à s’emparer de la scène médiatique, les activistes ont, eux aussi, saisi le flambeau avec, notamment, une campagne d’affichage sauvage. Les activistes ont, en effet, remplacé 600 panneaux d’affichages JCDecaux en détournant les messages de marques telles que Volkswagen et Air France.

En effet, depuis l’obligation de publier un rapport annuel RSE pour les entreprises cotées sur le marché depuis 2001 et aux entreprises de plus de 500 salariés depuis 2013, les implications dans ce domaine ont bondi, augmentant de ce fait la suspicion de greenwashing. Greenpeace France a d’ailleurs profité de la COP21 pour relayer sur son compte Twitter les « vainqueurs » du Prix Pinocchio « consacrant » Chevron, EDF et BNP-Paribas pour leurs « actions » sur le climat.

Pour conclure, la COP21 a été une belle opportunité de communication pour les entreprises pour faire connaître leurs innovations et leurs engagements en matière de RSE, et afin de se rapprocher un peu plus de leurs clients. Néanmoins, dans une période si chahutée, pas facile pour des marques moins connues de sortir du lot. Toutefois, une place est toujours à prendre, l’idée étant de trouver un angle, une collaboration ou un projet atypique afin de se démarquer et se distinguer. De nombreuses opportunités sont à prévoir dans les prochaines années, puisque cette thématique n’est pas prête de disparaître et les rassemblements internationaux « de la dernière chance » ne sont pas prêts de s’arrêter !

Les relations presse adorent le Closed Loop Marketing

clm

Selon une définition classique, le Closed Loop Marketing, ou marketing en boucle fermée, fait référence à un circuit d’information constante de la marque envers le prospect/client, tout d’abord pour encourage le prospect à devenir client, puis le fidéliser et enfin maintenir, de manière constante, son niveau d’intérêt pour les produits de la marque. Selon les données recueillies lors des différentes interactions entre marques et client, un processus d’amélioration continu est adopté grâce à la connaissance renforcée du client et de ses préférences qui permet d’affiner le message et le contenu des interactions ultérieures.

Une bonne façon de comprendre le Closed Loop Marketing est de le comparer avec une approche plus traditionnelle telle que la publicité, par exemple. Auparavant, la seule façon de communiquer était de fournir exactement la même information à toutes les cibles, à peu près de la même manière et en même temps. Ce système visait à retenir l’attention du public en faisant le plus de bruit possible.

Le CLM propose une approche très différente. Plutôt que d’essayer de crier le plus fort possible, il vise à mieux comprendre la clientèle afin de mettre en place une communication plus pertinente. Les logiciels de CLM actuellement disponibles sur le marché permettent désormais d’affiner les campagnes en analysant le retour des clients et leur proposer ainsi une communication qui corresponde à leurs attentes aussi bien sur le fond que sur la forme.

Chez onechocolate, nous déclinons cette approche dans nos campagnes puisque nous poursuivons le même but, à savoir capter l’attention des audiences de nos clients mais aussi les retenir. Une fois nos cibles identifiées, nous adoptons nos messages à chacune d’entre elles et cette segmentation essentielle peut parfois être affinée à outrance pour obtenir un retour optimal.

Nous avons eu récemment encore l’occasion de mettre en application ce savoir-faire pour l’un de nos clients, acteur de l’analyse prédictive dans le monde financier. Il s’agissait de créer, pour ce dernier, sa communauté sur les réseaux sociaux en partant de très peu voire de rien. Une fois cette communauté identifiée et constituée, charge à nous de l’alimenter en information via des newsletters, des papiers d’experts, … mais également de la maîtriser. L’objectif ici était plutôt qualitatif que quantitatif étant donné le niveau d’expertise du sujet. Cette campagne leur a permis d’entrer en contact avec de nouveaux influenceurs et de maintenir le dialogue avec ceux déjà identifiés.

Quant à nous, nous avons pu, à loisir, «recycler » nos actions. Ainsi, nos papiers d’expert ont également pu servir de matériau à la newsletter ou être reconvertis en post blog, une fois qu’ils ont été légèrement remaniés.

Vous l’aurez compris, à l’heure où les consommateurs sont de plus en plus sollicités mais également de plus en plus informés, il est indispensable de savoir leur parler avec des messages ultra-personnalisés et cette ultra-personnalisation doit se retrouver à tous les niveaux de nos campagnes et sur tous les canaux. Il faut donc garder plus que jamais à l’esprit cette convergence de nos actions.

 

 

onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Lecture, boulot, dodo

Actuellement, de plus en plus d’opérations se développent pour promouvoir la lecture. En France, par exemple, la SNCF offrait des e-books aux passagers des trains. Mais le Brésil aussi n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de lecture dans les transports en commun avec son opération « Ticket Books ». La maison d’édition de livres de poches L&PM Editores a créée une collection de 10 romans pouvant faire office de tickets de métro. Grâce à un système de puce RIFD intégrée dans la 4e de couverture, les usagers peuvent actionner le tourniquet en scannant le livre à la manière d’un pass de transport classique. Ces romans sont vendus à l’entrée des stations et sont crédités de 10 trajets avec la possibilité de les recharger sur le site Tikcket Books. Le plus de ce produit : la couverture reprend le graphisme des lignes de métro. Belle initiative pour promouvoir la lecture !

#2 “The Morning Man” vous réveille avec une voix d’homme sexy

Au lieu d’une sonnerie impersonnelle, pourquoi ne pas être réveillé par un homme avec un charmant accent britannique qui vous dit doucement d’ouvrir les yeux ? Grâce à la photographe Grace Huang et à son application iPhone, The Morning Man, c’est désormais possible. L’application est disponible en anglais et n’est gratuite que pour l’accent français –«j’ai rêvé de toi cette nuit»– ou américain. Il est toutefois possible d’élargir ses horizons matinaux pour la modique somme d’un dollar. C’est fantastique.

#3 Netflix ne tolère pas les spoilers

Netflix bataille contre les spoilers. Sa dernière vidéo est une scène de film où un homme est sur le point de se faire exécuter par un mafieux pour l’avoir trahi. Le “rat” est voué à mourir dans la souffrance. Finalement le gangster se ravise jusqu’à ce que la victime lui révèle la saison 1 de Orange is the New Black. C’est alors que la vidéo devient interactive et nous laisse le choix : souhaitons-nous nous venger ou lui pardonner ? Les deux fins alternatives dévoilent le pourcentage de personnes ayant voté pour la mort ou la grâce.

#4 COP21 : Faire parler votre feuille blanche

one-france-450x484

A l’occasion de la COP21 qui a lieu en ce moment même à Paris, l’ONG One se mobilise pour interpeller les dirigeants mondiaux à aider les pays les plus pauvres via une campagne digitale. One, ONG qui lutte contre l’extrême pauvreté, invite les internautes à poster une photo d’eux avec une feuille blanche dans la main sur le site Internet http://www.one.org/international/. Chaque photo s’anime – un mot s’inscrit sur la feuille de papier – pour donner vie à la phrase  « CLIMAT : donnons la priorité aux pays les plus pauvres ». L’initiative est partagée sur les réseaux sociaux via #SolidariteClimat. C’est une belle initiative virale et poétique pour remettre au cœur du débat une réalité qui l’est moins.

#5 Tout schuss avec le Club Med

Club-med-484x477

Club Med nous donne un avant gout des sports d’hiver en installant une station de ski dans une grande gare parisienne. Le Club Med voit les choses en grand pour faire vivre aux visiteurs une expérience immersive inédite : 8 télécabines à 5m de hauteur installées ainsi qu’un simulateur de ski et de télésiège grâce à l’Oculus Rift ou au Google Cardboard. Bravo pour cette opération réussie qui prouve que le Club Med reste à la pointe de la technologie !

#6 Passer son permis en Porsche : un rêve ou un cauchemar ?

Pour la promotion de son programme Experience et des stages de pilotage qui le composent, Porsche a piégé quelques candidats au permis de conduire en caméra cachée. Ces derniers qui s’attendaient à obtenir leur précieux sésame au volant d’une citadine se retrouve finalement dans le siège baquet d’une Porsche 911 Carrera 4 de 370 chevaux. L’examinateur, placide et imperturbable, joue le jeu comme s’il s’agissait d’une voiture “classique”. Clé à gauche, boîte automatique et moteur à l’arrière offrent de belles surprises aux candidats. Un brin moqueur, le constructeur allemand ponctue sa vidéo avec une invitation à venir tester leur programme de perfectionnement au pilotage. Sans rancune ?

Comment survivre en situation de communication de crise ?

crisis-343x484

Vous avez tous dû entendre, au moins une fois dans votre vie, la citation suivante : « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel, c’est qu’on parle de moi. » Mais comme tout expert en RP et en communication, nous préférerions largement qu’on ne parle pas DU TOUT de nous, si c’est pour en dire du mal.

Malheureusement, dans la vie d’une entreprise, il existe des moments difficiles où il faut naviguer à vue pour traverser la crise de communication. Fort heureusement, il ne s’agit souvent que de mini-crises, qui se gèrent surtout avec le temps et avec du bon sens. Mais il existe également des crises de communication majeures, lorsqu’un scandale éclate et dégénère, suite à une mauvaise décision de la part de la marque. Comme pour Volkswagen, très récemment, ce type de scandale fait les gros titres et peut avoir un impact négatif pendant un long moment sur la réputation d’une entreprise.

Les crises peuvent prendre plusieurs formes mais toutes exigent un plan d’actions spécifiques à l’entreprise. Bien qu’il n’existe pas de recette magique valable pour toutes les entreprises, il y a un certain nombre de règles de conduite à respecter afin que l’entreprise soit parée à toute éventualité.

Préparer un plan d’action

Lorsqu’il s’agit de communication de crise, vous ne pouvez jamais être trop préparés. Bien agir face à une crise est beaucoup plus facile si vous avez déjà un plan de crise générale mis en place à l’avance. Cela vous donnera une plateforme solide et structurée pour préparer vos réponses lorsque les choses tournent mal. Plus important encore, ce plan vous aidera à déterminer à l’avance le rôle de chaque personne.

Avant que vous soyez pris au dépourvu, une bonne évaluation des risques que pourrait encourir l’entreprise est à mettre en place avec un plan où vous imaginez les pires scénarios pour votre entreprise. Ensuite, vous pouvez commencer à aborder comment minimiser ces risques et ce que vous feriez s’ils advenaient. Une fois ce contexte mis en place, vous pouvez concevoir une stratégie de relations publiques qui énonce clairement les responsabilités et les actions de chacun en cas de crise. Il est essentiel d’identifier vos porte-paroles clés et de vous assurer qu’ils ont été formés professionnellement à la prise de parole en face des médias pour gérer des entretiens, avec l’équilibre nécessaire entre l’autorité, la confiance et l’intégrité.

Garder son calme et continuer à avancer

Quand une crise éclate, il est important de ne pas céder à la panique. La première étape est de rassembler autant d’informations que possible sur la situation et de parler aux personnes qui sont au plus près du problème ainsi qu’à votre équipe ou votre service juridique. Plus important encore, il faut éviter de publier de fausses informations ou d’être pris au dépourvu si des détails importants viennent à être publiés plus tard. Ensuite, préparer une déclaration de base puis publier les nouvelles informations au fur et à mesure qu’elles apparaissent sur votre site web avec les bons contacts.

Un autre aspect important est de ne pas laisser vos salariés seuls face à la crise. En effet, ils sont susceptibles d’être en première ligne notamment face aux consommateurs, et doivent être préparés autant que le comité exécutif. Assurez-vous qu’ils maîtrisent les réponses et messages clés.

La transparence

Malheureusement, il peut arriver un moment où votre entreprise fait une erreur, et parfois le meilleur plan d’action est tout simplement de l’avouer et de présenter des excuses. Il y aura toujours un bon équilibre à trouver entre l’honnêteté et le surdosage de détails. Souvent communiquer sur des bases honnêtes vous donnera une meilleure chance pour gérer la situation – et retrouver ainsi votre crédibilité. Vos excuses devront être complétées par des précisions claires sur la façon dont votre entreprise va résoudre le problème, empêcher qu’une telle crise se reproduise et comment vos clients seront indemnisés, le cas échéant.

A l’heure où le client prévaut plus que jamais, les entreprises ont besoin de démontrer une forte empathie envers ces derniers. L’erreur est humaine et vous pourriez bien vite constater que vos clients sont bien plus indulgents envers une entreprise qui assume ses erreurs plutôt qu’envers une société avec une politique floue.

Comment maîtriser la conversation sur les réseaux sociaux

Un des aspects les plus difficiles dans le traitement d’une crise peut être la façon d’influencer les conversations qui se déroulent sur les réseaux sociaux.  Les médias sociaux ont fondamentalement changé la gestion de crise et peuvent avoir un impact énorme sur la façon dont l’histoire est racontée. Plus important encore, la vitesse à laquelle une histoire peut surgir est désormais beaucoup plus rapide.

Assurez-vous d’une bonne présence sur les médias sociaux clés en amont, tels que entre autres Twitter et Facebook, et d’utiliser les bons outils pour suivre les conversations en temps réel pour pouvoir y réagir sans délai. Particulièrement sur les médias sociaux, il est essentiel de garder la tête froide face aux critiques et aux injures qui peuvent être virulentes, dans certains cas.

Pour finir sur une note un peu plus positive, faire face à une communication de crise est similaire à l’action de marcher sur un sentier situé sur la crête d’une montagne avec des précipices de deux cotés. Tout alpiniste vous le dira, pour réussir la traversée, il faut éviter de regarder le vide et se concentrer uniquement sur le chemin, ce sera beaucoup plus simple que vous ne le croyez au premier abord !

 

Marketing de contenu : la nouvelle autoroute pour atteindre directement ses prospects

Marketing de contenu 1

Quand on vous dit que le marketing de contenu coûte moins cher que la publicité et génère plus de prospects, cela doit forcément vous intéresser, non ? Si vous n’êtes pas encore praticien de la chose, vous devriez sans doute vous pencher dès à présent sur la question car si cette stratégie fait autant le buzz en ce moment, ce n’est pas pour rien. Vous ne savez pas ce que c’est ni comment vous y prendre pour générer du marketing de contenu ? Cela tombe bien car, chez onechocolate communications, c’est notre spécialité. Alors, en route pour une visite guidée de votre prochaine stratégie favorite !

Une définition pour commencer : le marketing de contenu (en anglais content marketing, brand marketing ou encore brand content), appelé aussi parfois stratégie éditoriale, est une stratégie marketing qui implique la création et la diffusion, par une entreprise, de contenus médias afin d’acquérir de nouveaux clients. Ces contenus informatifs, utiles ou ludiques, peuvent être présentés sous forme de news, vidéos, livres blancs, ebooks, infographies, études de cas, guides pratiques, systèmes de questions-réponses, photos, forums, blogs d’entreprises, etc.

Le marketing de contenu est une excellente alternative à la publicité qui permet aux marques d’avoir un impact plus grand auprès de leurs clients. Il est facile de comprendre pourquoi : une étude de Jakob Nielsen, a démontré en 2007 que les publicités sont pratiquement “invisibles” pour les utilisateurs d’Internet qui se concentrent sur le contenu et ignorent tout ce qui est autour. L’incorporation des publicités au milieu du contenu n’est d’aucune utilité, qu’elle soit sous forme de bannière, d’habillage du site ou de vidéo car, passé l’effet de surprise, l’utilisateur va concentrer son regard uniquement sur le contenu qui l’intéresse. Par conséquent, le marketing de contenu est beaucoup plus efficace pour tenter d’attirer les utilisateurs que la publicité.

Marketing de contenu 2

D’ailleurs, selon l’étude Demand Metric, le marketing de contenu génère trois fois plus de prospects que le marketing traditionnel et coûte 62% moins cher. On constate ainsi que le contenu marketing :

  • Est plus crédible et plus acceptable qu’une publicité
  • Améliore le positionnement SEO et attire un trafic pertinent sur le site de l’entreprise
  • Augmente l’interaction : les utilisateurs peuvent commenter, partager, …
  • Coûte moins cher que l’achat de publicité dans les médias
  • Peut être réutilisé sous plusieurs formes
  • Favorise la loyauté client

Un autre avantage du marketing de contenu est qu’il permet aux marques d’employer une grande variété de formats. Les plus populaires sont les posts de blog, infographies, études, ebooks et vidéos. Mais il en existe des dizaines et des dizaines d’autres. Il y a en tellement que le bloggeur LudoSLN a résumé cela sous forme de tableau périodique !

Tableau-périodique-du-marketing-de-contenu1

Un bon exemple pour savoir jusqu’où il est possible d’aller avec le marketing de contenu est la marque Lego, élue la marque la plus appréciée l’an dernier selon Brand Finance. Sa stratégie de marketing de contenu n’y est certainement pas pour rien. Le spécialiste de la brique à assembler développe ainsi son propre magazine, un réseau social pour les enfants, un parc à thème, des films, des jeux vidéo, …. C’est fascinant ! Pour en savoir plus je vous invite à voir l’article sur le sujet de lecontentmarketing.

Concernant Lego, certes, il s’agit là d’une marque grand public mais la problématique est tout à fait similaire pour une entreprise dans le B2B, seuls les outils changent. La clé du succès réside dans la mise en place d’un plan marketing de contenus. Voici les étapes que je vous incite à suivre :

  1. Analysez votre audience et votre image
  2. Comparez avec la concurrence
  3. Estimer quels moyens vous pouvez investir dans la production de contenu (en terme de temps/nombre d’employés impliqués/argent)
  4. Donnez-vous des objectifs réalisables
  5. Définissez le type et le nombre de contenu à produire (vidéo/infographie/étude/blog post …)
  6. Mettez en place un calendrier
  7. Mesurez les résultats

Et surtout, faites-vous aider ! N’hésitez pas à nous poser des questions sur le sujet, on sera ravi de répondre à toutes vos interrogations.

Edouard Fleuriau-Chateau

 

Pour vous inscrire à notre newsletter

Categories

Archive