C’est l’été, quel meilleur moment pour challenger nos outils de travail !

Voici 3 outils qui vont secouer le cocotier sur le plan de la productivité personnelle et d’équipe. Pour être plus rapide, plus efficace, plus performant – puisque les journées ne sont pas extensibles…

Trello

Trello est un outil de productivité relativement méconnu, au profit de son concurrent direct Basecamp. Pourtant il est, à mes yeux, bien plus efficace. Trello est un outil qui permet de faciliter la gestion de projets, tant en interne qu’en externe. L’avantage réside clairement dans la centralisation des informations en un seul et unique endroit, et elles sont donc accessibles par tous à tout moment. Terminés donc les transferts de mails et les oublis en tout genre. Autre avantage, nul besoin de faire appel à des prestataires informatiques coûteux, cela ne nécessite quasiment aucune ressource en termes de structure, sinon quelques ordinateurs connectés à internet. C’est donc un outil qu’il est fortement recommandé d’utiliser pour gagner en efficacité sur la gestion de certains projets.

Google Keep

Google Keep est l’un de ces outils de productivité parti pour durer. En effet, Google a réussi l’exploit de démoder la manière avec laquelle nous prenons des notes. Exit les listes de tâches qui polluent nos bureaux et dans lesquelles il est impossible de se retrouver, fini également les murs remplis de post-its mentionnant les actions ponctuelles à réaliser. En effet, cette application gratuite, disponible sur mobile ainsi qu’en version web, va nous permettre de mettre de l’ordre dans nos tâches et nos actions. L’interface se présente sous la forme d’un tableau de post-its virtuel, auquel nous pouvons ajouter autant de notes que nous le souhaitons. Elles peuvent prendre la forme de listes avec des cases à cocher pour signifier la réalisation d’une action, ou bien de textes simples. Il est également possible de les organiser par couleur et de les archiver, pour pouvoir y accéder plus tard, en fonction du niveau d’urgence des tâches à réaliser. Les post-its ont trouvé une nouvelle utilité, la décoration de vitres de bureaux. Merci qui ?

Google Drive

Dans la même veine que Trello, Google Drive est un outil de travail collaboratif exceptionnellement efficace (non, le superlatif n’est pas exagéré !). Je m’explique, lorsque l’on parle d’outils de productivité, on entend généralement efficacité. C’est exactement la fonction que remplit Google Drive. Vous allez donc pouvoir contribuer à la création de tous types de documents, que vous pouvez modifier à votre guise en temps réel avec les autres membres de l’équipe ayant accès auxdits documents. Vous pouvez ajouter des commentaires, auxquels les autres collaborateurs peuvent répondre, tout ceci dans le but de fluidifier la communication et donc l’efficacité au sein des équipes. Pour les entreprises, Google Drive est disponible dans la suite Google Apps, qui coûte 4€ par mois et par compte créé, avec 30Go d’espace disque dans le cloud par compte. Offre relativement abordable pour les petites structures tant les fonctionnalités sont au point et essentielles.

Ces différents outils de productivité ne sont évidemment pas les seuls, mais ce sont ceux que j’estime les plus performants pour mener à bien vos projets d’entreprise. Je les ai sélectionnés car ils sont complémentaires dans leurs fonctionnalités et avec ces 3 aides vous disposez d’un véritable couteau suisse de l’efficacité au travail. Connaissez-vous d’autres produits plus productifs ? Partagez votre opinion dans les commentaires !

onechocolate loves…

Our weekly round-up of the most inspiring PR and digital marketing campaigns, smart new apps, cool events, ventures and happenings that have caught our eye…

#1 Discover London with #StarCabs

Fancy a Saturday night bar tour around London in your own personal taxi – gratis? Heineken is offering you the chance to do just that with its new “Star Cabs campaign,” which will run on the first Saturday of every month till the end of the year. To enter, customers must download the brand’s Star Cabs app and use it to buy a Heineken at selected bars across London. You are then able to request a Star Cab by posting on social media. The winners will be transported to another bar and provided with the tools to “choose where the night takes them and truly open up their city.” The campaign is a clever way to drive sales, and raise brand visibility on social media, whilst giving consumers a genuinely valuable experience to ‘discover’ London. We love!

#2 Epic Driftmob

What do you get if you combine five of the world’s best stunt drivers in BMW M235i Coupés, with a Hollywood director and a deserted street in Cape Town? Wheel spins, tire smoke and 90 seconds of seriously cool driving! We previously wrote about car brands such as Mini and Ford who are producing creative, eye-catching, shareable content. BMW also gets a gold star for this automotive take on the flashmob (re-named ‘Driftmob’) which has, so far, been viewed over 11.5 million times!

#3 Face to Facebook

Back in 2011, a seemingly ordinary dating website called lovelyfaces.com was launched. But in fact, it was created to raise awareness of privacy issues surrounding social media. ‘Members’ featured on the site were stolen from one million Facebook profiles and filtered using face-recognition software. The site caused public uproar with eleven lawsuit threats, five death threats and letters from Facebook lawyers.

As debates around privacy issues and social media continue to divide opinion, the archive of the Face to Facebook project will be displayed for the first time at the Photographers Gallery in London until the 2nd October. You can also hear the founders, Alessandro Ludovico and Paolo Cirio, talking about their project, as well as facial recognition, data scraping and privacy on social media platforms on Sunday 28th September at the same location.

#4 Space-age tech

NASA, the US government agency responsible for the civilian program, aeronautics and aerospace research, is at the forefront of everything it seems, and we’re not just talking about space stuff. We were amazed when we read MSN’s article ‘Space tech you might use every day.’ Who would have thought sunnies, Nike trainers, memory foam and invisible braces – just some of everyday items that have changed our lives – were developed by NASA?

Technology is always evolving and the brains at NASA are continuously improving our lives with gadgets and products to enhance our ever-changing lifestyles. So whether it’s digital cameras or household tools, they’ve got us covered.

#5 Face swapping Friends

Face swapping pics have been doing the rounds on Facebook for the last couple of years but it wasn’t until the Judy Dench/Daniel Craig viral sensation that we saw how magical this technology could truly be. Now BuzzFeed has collated ‘15 Face Swaps That Will Change The Way You Watch Your Favourite TV Shows’ and it truly is a thing of beauty – the Friends swap must be seen by everyone. Searching to see the weirdest face swap we can find is strangely addictive, and we’re keen to see some brands getting in on the action, too!

#6 Bonkers about Boris Bikes

To celebrate the 4th birthday of London’s bike hire scheme, there is a weekend of free rides from 16th-17th August. Don’t forget to bag your free ride and, if you’re feeling in the mood, join in with the group events in Hyde Park and Regent’s Park. We love the bikes for a fun, healthy way to view London’s iconic landmarks.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

onechocolate loves…

Our weekly round-up of the most inspiring PR and digital marketing campaigns, smart new apps, cool events, ventures and happenings that have caught our eye…

#1 JewsAndArabsRefuseToBeEnemies

In 1914 German and British soldiers put their differences aside, dropped their guns and took part in a battlefield football match. Now, 100 years later, we are seeing a modern version of this unofficial ceasefire taking place through social media.

Last week two students Abraham Gutman (Jewish) and Dania Darwish (Arab) started the hashtag #JewsAndArabsRefuseToBeEnemies and began encouraging citizens from both sides of the Israeli/Palestinian conflict to share their photos of friendship, peace and love. The message was clear and has caught on quickly. Vine clips, Facebook and Twitter pictures have since flooded the web with many of the individual images being shared hundreds of times. When one of the most popular posts, showing Lebanese journalist, Sulome Anderson and her Orthodox Jewish boyfriend kissing went viral, Anderson said she felt it had become a “viral symbol of peace.”

While we love to see the power of social media and digital for business, it’s amazing to see the impact it can also have for human relations.

#2 Automated Thanking Machine

The banking world has a lot to do if it ever wants to rebuild customer trust, and the UK’s biggest players could learn a smile-inducing trick or two from this simple but highly engaging campaign by TD Canada. Its cheery Automated Thanking Machine campaign uses the bank’s hole in the wall money dispensers (ATMs), programmed to speak to customers – thanking them when they take money out and randomly doling out gifts. The Automated Thanking Machine has gone viral and we can’t wait for a UK bank to follow suit.

#3 Holiday envy?

Do the mass of holiday pictures that clog up your social media feeds drive you nuts? Or are you guilty of sharing your hotdog legs and cocktail-wielding selfies, too? Well, Three and Virgin have jumped on this ‘should you or shouldn’t you?’ conundrum for their latest ad campaigns. Earlier this month, Three launched in to promote its latest offer, ‘Feel at home’, releasing  a tongue-in-cheek campaign apologising to people who weren’t going on holiday for the spam of photos from people abroad. Virgin bit back telling people “Don’t be sorry”, #ShowOff your holiday pics!  Spam snaps do make us cross, but we have to say Virgin’s rapid response campaign gets our vote.

#4 Content is king

 

We love to see start ups prioritising marketing and PR, so it’s great to read this article from Digiday about 2 year-old start up, Priceonomics, having cracked the content marketing code. The brand prides itself on creating great content, rather than simply marketing content well. Its most popular blog to date, a look at how much it costs to book concerts for popular bands, has been viewed 1.2 million times since May. In fact, its blog content has been so popular that they have published a book of highlights, called “Everything is Bullshit.” We’ll definitely be keeping our eye on this brand, and can’t wait to see what content they produce in the future!

#5 Back To The Future?

We’ve been keeping an eye on automotive technology for some time and it’s really coming to life now with the UK Government’s announcement this week that it will allow driverless cars on public roads by the end of this year. We’re sure there will be some strong debate about this. Is this really the future or will it all fall flatter than Google Glass?

#6 Chipotle UK

Over the past few months we’ve written a lot about clever ways brands use food and freebies to promote their products and the latest star offering we’ve spotted is by Mexican food chain Chipotle UK. It has promised to give away 14,000 burritos over the course of seven days in August, in a promotion driven by Facebook and Twitter. As part of the campaign, Chipotle has created a series of 24-hour websites that will go live every day for a week from 5 August, and will be accessible via the company’s Facebook, Instagram and Twitter accounts. The URLs for each of the sites will appear fleetingly, with individual words appearing very briefly. The first 2,000 consumers each day who click on the mysterious URLs will be able to download a voucher for free burritos that can be redeemed at any of Chipotle’s six London restaurants. Yummy Mexican food and freebies… what’s not to love!?

Comment ne plus se laisser distraire par les media sociaux

Bien sûr, c’est très facile de flâner et de se perdre sur Google lorsque l’on est effondré dans son canapé mais, tous les attachés de presse et professionnels du marketing vous diront qu’il est tout aussi facile de tomber dans le même piège au bureau…

Tous ceux d’entre nous qui travaillent dans les relations presse ou dans le marketing digital passent d’innombrables heures à suivre les conversations sur les réseaux sociaux, à l’affût de la dernière tendance et cherchant ce qui constituerait un contenu intéressant à partager avec leurs clients. Le problème est que nous sommes souvent à 1 ou 2 clics de voir notre « recherche » se perdre dans les méandres des réseaux sociaux.

Sachant cela, voici quelques conseils et outils afin de rationnaliser votre utilisation des réseaux sociaux et de réduire au minimum ces distractions susceptibles de mettre en péril votre carrière:

#1 Mode Avion

D’expérience, le mode avion est une « bénédiction »  -  facile à activer, rien à télécharger. De minuit à 7 heures du matin, mon téléphone est en mode avion. Aucune notification de jeu, pas d’appels ou de réseaux sociaux qui peuvent perturber votre nuit de sommeil. C’est aussi pratique de l’activer pour se concentrer au travail : Il est bien plus évident de rédiger une proposition lorsqu’on n’est pas  distrait par des alertes lumineuses émises par son téléphone. La tentation de ne faire qu’ « une réponse rapide » est écartée et si vous partagez le bureau avec votre directeur, c’est une tentation qu’il est préférable d’éviter.

#2 Jetez un coup d’œil à des applications gratuites permettant de lutter contre la distraction

Il y a de très nombreuses applications ‘pro-concentration’ que ce soit pour PC, Mac, iPhone ou Android, toutes permettant de se « libérer des chaines » de la distraction et offrant des méthodes pour se concentrer. Nous en recommandons certaines telles que FocusWriter, qui lance Word en plein écran, supprimant tous les périphériques extérieurs, et vous isolant ainsi des distractions éventuelles. SelfControl va un peu au-delà, offrant la possibilité à l’utilisateur de bloquer l’accès à ses sites préférés durant une période donnée – et, cerise sur le gâteau, une fois enclenché le dispositif ne pourra être arrêté même si vous fermez l’application !

#3 Prendre le train de la technique Pomodoro

Il est tellement plus facile de se disperser lorsqu’on commence à se lasser d’une tâche. Utiliser des méthodes comme la technique Pomodoro, où les différentes périodes de travail sont ponctuées par de courtes pauses, booste la productivité et l’efficacité. Plus de détails sont disponibles ici.

#4 Mettre la musique à profit

A l’instar de ces morceaux entrainants que vous écoutez en faisant du sport, une bonne playlist pour le travail peut vraiment vous plonger dans un environnement idéal pour la concentration sans que vous vous en rendiez compte. La tentation ici serait de choisir un de ses albums ou artistes favoris pour se sentir motivé et que ça soit un échec. Si vous n’êtes pas déjà fan, essayez la musique classique. Chopin, Debussy et Rachmaninoff peuvent tous trois faire le bon accord vous permettant de continuer votre présentation. Souvent négligée, la musique relaxante des jeux vidéo est également excellente pour cela – en particulier lorsque l’on considère que sa fonction première est d’être jouée en fond sonore alors que vous jouez. Ces playlists peuvent facilement être crées sur YouTube et peuvent être bien plus faciles à trouver que sur certains sites web de musique ou sur certaines applications de streaming.

#5 Créer une liste Twitter pro

Un autre piège dans lequel il est très facile de tomber est de consulter Twitter avec la ferme et innocente intention de se tenir informé de ce dont parlent vos collègues et prospects et finir par rejoindre une conversation avec des amis ou alors consulter des sites d’informations ou bien jouer à un ‘hashtag game’. Chez onechocolate, nous avons un top 50 des personnes les plus intéressantes à suivre en fonction de notre secteur et en les mettant dans une liste personnalisée, on peut être sûr que, lorsque l’on travaille, les seules actualités qui apparaissent sur notre fil proviennent de ces comptes là.

onechocolate loves…

Our weekly round-up of the most inspiring PR and digital marketing campaigns, smart new apps, cool events, ventures and happenings that have caught our eye…

#1 #ThisParrotIsDead

Well, there’s certainly nothing like suspending a 50 foot giant dead parrot above London to capture people’s attention, and this week we saw just that! As a nod to the most famous Monty Python sketch, television channel Gold, used a crane to suspend a 50 foot fibreglass parrot, which featured in its live-screened farewell show ‘Monty Python Live (mostly)’. Treat yourself to a look at the classic Python sketch that inspired it here.

#2 Campaign honey!

To celebrate the release of the Paddington Bear movie this winter, the NSPCC, visitlondon.com and StudioCanal present the London Trail! From October, Londoners and tourists will be able to spot 50 Paddington statues dotted around the city. We are looking forward to following Paddington’s footsteps and tracking the travelling bear’s favourite places in London! Head to visit london to find out more…

#3 Coining it in

We just love this quirky idea by the Royal Mint to mark the launch of its shiny new £5 coins! As the new commemorative coins feature the Tower Bridge, Buckingham Palace and other London landmarks, the Royal Mint put an extra spin on the campaign – unveiling a creative photoshoot, incorporating the coins into the Capital’s iconic skyline. These cool pictures caught the media’s attention across the country, generating a jackpot of national hits for the brand.

#4 Elastic fantastic

You may have seen pictures recently in the press of certain garments made entirely out of rubber bands. Welcome to the world of Loom bands – a fad that’s gone global. Even the Royals love them!

The creator of the Loom Band, 70-year-old Steve Gilston, has made £80m from selling mini rubber bands… Did you know that a record £1m of Loom bands were sold in the first week of July alone? Steve, we salute you!

According to a NPD report released this week, it’s not just the Loom Band trend that is exploding; collectable toys have also been given a new lease of life thanks to playground crazes. Read more about the report here.

#5 Spike alert

This week we came across this really cool handheld device called the “personal drink ID”, which is used to test for drink spiking. When dipped into a drink the device tests the light spectrum, conductivity and temperature of any drink and it lights up either a green or red LED depending on the safety of the drink.

What we really love about it is that you can connect the device to an app on your Smartphone, so at a later time you can see a detailed report of what was found in your drink. It’s a smart piece of technology that will hopefully prevent people from falling victim to drink spiking and raise awareness of the risk of accepting drinks from strangers when they’re on a night out.

#6 Sit Up Britain!

Do you find yourself hunching over your desk at work and getting back pain? Well, let that be no more with the help of ‘UpRight.’

This cool little gadget is a discreet device that attaches to your lower back and passively trains you stand and sit upright in just a few weeks. The device detects when you’re slouching and will send a vibration, alerting you to correct your posture. It claims your back muscles will strengthen and in a few weeks you will effortlessly sit and stand in the correct posture – impressive!

onechocolate loves…

Our weekly round-up of the most inspiring PR and digital marketing campaigns, smart new apps, cool events, ventures and happenings that have caught our eye…

#1 #LikeAGirl

 

If you’ve ever felt embarrassed or enraged by some loud-mouth who’s said you ‘run like a girl’ or ‘throw like a girl,’ Always’ latest ad campaign is sure to raise a cheer. Shot by Lauren Greenfield, it attempts to change the negative connotations associated with the phrase ‘Like a Girl,’ in order to empower young women. The video, using the hashtag #LikeAGirl, has gone viral – racking up around 37,000,000 YouTube views in just a few weeks. A truly great, emotively powerful campaign from Always, which is designed to resonate with men and women alike.

#2 Model behaviour

 

Brands just can’t seem to resist jumping on the selfie bandwagon. But in capitalising on the craze that’s showing no signs of letting up, fashion brand Marc Jacobs gets our thumbs up for stylish customer relations. The stars of Marc Jacobs’ new campaign were found through a selfie contest on Instagram and Twitter, with the hashtag #castmemarc. A great way to reward fans for their social media engagement!

#3 Doh!

Yet another story of poor customer service went viral this week when Ryan Block, a technology journalist who works for AOL, wanted to cancel his broadband service with Comcast. However, when Ryan rang up to cancel, an embarrassing, awkward, infuriating conversation ensued in which the customer service representative repeatedly asks “Why is it that you don’t want faster speeds?” “Help me understand why you don’t want faster internet.” Block shared the audio with his 82,000 Twitter followers; the clip soon went viral and had 4 million plays within two days.

This serves as a reminder of the blurred lines between marketing and customer service. As rising numbers of consumers make purchasing decisions through word of mouth and the power of social media increases, it’s more pressing than ever that emphasis is put on customer care and brand reputation.

#4  Free falling with IKEA

Applause for best creative of the week goes to this new IKEA advert. We love the way it takes the classic dream of falling to the next level. It captures a woman falling from bed to bed through the clouds, skydiving without a parachute. Although not the safest bedtime activity, Juan Cabral has pulled off a breathtaking and captivating ad from start to finish. Not only has he created a dreamlike quality, the beds look super comfortable too!

#5 The Snapchat phenomenon

It was interesting to see Snapchat give its users a glimpse of World Cup final day before it happened, through the ‘Our Story’ feature which was launched last October. We’ve spotted this trend with brands showcasing ‘behind-the-scenes’ snaps, especially in gaming, and we’re looking forward to the B2B marketing folk getting in on the action, too! It was also nice to see the images were crowd-sourced, another evolving trend to keep an eye on.

#6 Cheap social media tricks

Are you running your social media on a shoestring? Then 7 social media tricks you might not know about from PR Daily is the must-read for you! It contains some handy tips to have up your sleeve including; how to customise your business’s branding on Twitter; using Pinterest to find new customers; and how to show off positive customer feedback on Facebook – perfect if you’re looking for ways to subtly improve your brand’s social media on no budget!

Comment éviter le « burn-out » ou « pétage de plombs »

Nous connaissons tous bien le problème : vous êtes en train de vivre une semaine tellement difficile qu’il suffirait d’un email agressif de plus pour vous faire craquer. Le simple fait que l’expression «désintoxication numérique » soit entrée dans le dictionnaire numérique d’Oxford l’année dernière au mois d’août, avec le terme FOMO (Fear Of Missing Out = peur de manquer), qui est associée à l’état souvent provoqué par la pression constante venant des médias sociaux, signale bien que le cerveau humain court un réel risque de « surchauffe ». Donc, même si l’on est tenté de piquer une crise par moments, il serait plutôt temps de se reprendre et de respirer… voici quelques astuces pour rester cool cet été …

#1 Soufflez, respirez

Parfois quelques respirations profondes vont suffire pour se calmer et se recentrer. Aujourd’hui, il existe plusieurs solutions technologiques conçues pour vous apprendre les bienfaits de la respiration consciente dite « réparatrice ». Des applications telles que Breath2Relax et Pranayama Lite prétendent fournir un vrai soutien pour stabiliser son humeur, contrôler sa colère, gérer son anxiété, se concentrer, mieux “performer” sur le plan sportif et même soulager sa migraine – impressionnant !

#2 Faites de l’exercice

Nous savons tous que l’exercice physique peut soulager le stress, mais nous n’avons pas toujours le temps de passer à la salle de gym, en particulier lorsque nous sommes débordés au bureau. Hors, il suffit de faire une petite marche de cinq minutes pour se faire du bien. Sinon, il y a Office Fit - créé par une équipe d’ostéopathes, de kinésithérapeutes et de professeurs de yoga qui vous donne des exercices malins à faire au bureau. OK, vous pouvez vous faire charrier dans le bureau, mais si ça vous empêche d’aboyer sur vos collègues, ça vaut le coup, non ?

#3 Faire une pause de “déconnexion”

Une étude menée par l’Université de Californie à Irvine, par des chercheurs ainsi que par l’armée américaine a révélé que le fait de consulter ses emails augmente le rythme cardiaque des participants à un niveau qui indiquait le stress, et le fait d’éteindre les e-mails engendre de l’anxiété. C’est sûr que la perspective d’éteindre complètement sa messagerie peut aussi donner des sueurs froides à certains, mais que diriez-vous de l’essayer pour seulement une demi-heure à une heure ? Allez, quelle serait la pire chose qui puisse arriver ? Cette ancienne méthode d’aller discuter avec un collègue fonctionne toujours…

#4 Soyez un peu Zen

Il existe beaucoup d’applications et de sites web pour vous apporter un peu de zen sur le lieu de travail. Nos principales recommandations comprennent calm.com pour calmer les sons et les visuels, Zen Space pour créer votre propre jardin zen, ou Zen Wisdom pour une citation de «sagesse quotidienne » pour se calmer et se détendre. Autrement, si vous essayez notre suggestion ci-dessus en vous déconnectant de la techno quelques instants, essayez de visualiser un endroit apaisant que vous avez vous-même visité.

#5 Partager le fardeau

Un problème partagé est un problème à moitié résolu. Donc, il est bon de vider votre sac avec un proche (sans l’ennuyer à mort, bien sûr). Pas vraiment votre style? Alors, essayez Worry Box, une application qui vous permet d’enregistrer vos pensées les plus pressantes, vos soucis et vos angoisses, et qui vous aidera à les examiner en posant des questions et qui vous donnera même des conseils anti-stress !

#6 Et si tout le reste échoue …

… Il suffit de prendre des vacances ! Cependant, comme la moitié des personnes qui travaillent admettent qu’ils vérifient leurs e-mails même en vacances, le niveau de détente autour de vacances de type ‘plage’ ne doit pas être très élevé. C’est pourquoi de plus en plus de personnes se dirigent vers les destinations qui n’offrent pas de Wi-Fi ni de connexion internet pour faire une vraie cure de désintoxication numérique. Imaginez le bonheur d’échapper au flux constant de mails, textes et des news des réseaux sociaux !

Nouvel article à découvrir : l’ère du média unipersonnel par David Barroux

La révolution numérique analysée par David Barroux, Rédacteur en chef Entreprises du quotidien Les Echos.

Un très bon article qui résume bien les forces en présence, la fulgurante digitalisation et les conséquences sur le paysage médiatique. A lire sans hésiter !

 

Le tsunami digital qui bouleverse l’écosystème médiatique est en train d’inverser le rapport de force en faveur des utilisateurs. Il n’a pas fini de provoquer des dégâts et des remises en cause profondes au coeur des journaux, des télévisions, des maisons d’édition ou des poids lourds du cinéma.

Françoise Ménager pour « Les Echos »

Françoise Ménager pour « Les Echos »

Les médias qui se plaignent d’être les victimes du tremblement de terre numérique feraient mieux d’arrêter de geindre. Le tsunami digital qui bouleverse leur écosystème n’a pas fini de provoquer des dégâts et des remises en cause profondes au cœur des journaux, des télévisions, des maisons d’édition ou des poids lourds du cinéma. Même la musique, qui fut la première à vaciller à la suite des précoces secousses telluriques du Net, n’en est qu’aux prémices d’une ère excitante, mais aussi terrifiante.

Entamée à la fin du XXe siècle, la révolution numérique remet en cause tous les équilibres sur lesquels reposait le château de cartes des médias. Même s’ils n’étaient pas simples, les mondes de la presse ou du petit écran, par exemple, avaient au moins le mérite il y a une dizaine d’années d’être stables et prévisibles. La digitalisation a tout changé, en commençant par faire disparaître les barrières à l’entrée. Le nombre de journaux ou de chaînes de télévision était limité. Nous avons basculé dans un monde sans plafond. Créer un journal coûtait cher, mettre en place une distribution pour un magazine pouvait s’avérer suivant les pays plus ou moins périlleux. Lancer une chaîne de télévision était encore plus coûteux. Surtout, le prix de l’échec était élevé. La Cinq faillit tuer Lagardère, Vivendi fut terriblement fragilisé par les déboires de Canal+ et même Rupert Murdoch mit des années à rentabiliser son investissement dans Sky, géant de la télévision payante. Aujourd’hui n’importe qui peut lancer un site d’information, les chaînes de télé se sont multipliées mais surtout le Web est devenu une plate-forme de diffusion vidéo s’enrichissant chaque jour de millions d’heures d’images. On peut partir de peu, progresser par étapes et finir par devenir un média à part entière. Ce n’est pas un hasard si l’allemand Springer a dépensé plus de 1 milliard d’euros non pour racheter des journaux, mais pour acquérir Aufeminin.com, SeLoger.com ou My Little Paris. Des sites partis de rien et dont les chiffres d’affaires et surtout la rentabilité font pâlir d’envie les dinosaures de l’imprimé.

En faisant exploser le club oligopolistique des médias, le numérique a fragilisé les actionnaires. Les deuxièmes victimes de ce tsunami digital sont les créateurs de contenus. Les artistes comme les journalistes dont l’expertise est remise en cause. La concurrence ne s’exerce plus seulement entre deux titres de presse, deux studios télé ou deux maisons de disques. Un blog spécialisé peut s’avérer plus pointu et pertinent qu’un « rubricard » réputé. Un site truffé de vidéos peut sur plusieurs jours faire plus d’audience qu’une émission télé. Dans la nouvelle agora numérique, les experts ne disparaissent pas mais ils ont perdu le monopole de la parole et de la pertinence.

Ce premier chapitre de la révolution numérique se clôt et nous basculons brutalement dans un deuxième volet. Celui dans lequel les médias prennent conscience que les unités de temps et de lieu implosent. Les médias étaient maîtres du calendrier. Mais qui contrôle aujourd’hui l’agenda médiatique ? Les télévisions ont encore des grilles mais la télé de rattrapage, qui permet au téléspectateur de regarder ce qu’il veut, quand il veut, progresse de façon exponentielle. Le « Financial Times », lui, vient d’en finir en grande partie avec les horaires de bouclage. La priorité est de nourrir le site Web. Plus de finaliser une édition papier déjà périmée à l’heure où elle sera entre les mains des lecteurs. Quant aux studios hollywoodiens victimes du piratage, ils se demandent pendant combien de temps encore ils pourront amortir leurs œuvres en s’appuyant sur une douillette chronologie des médias. Pourront-ils maximiser leurs ventes en revendant plusieurs fois le même produit d’abord aux salles de cinéma, ensuite via la vidéo à la demande ou en DVD, puis sur des chaînes payantes ou gratuites… Les médias ne maîtrisent plus le temps, ils ne maîtrisent guère plus la géographie. Avec le numérique, le marché est instantanément mondial. Pour certains, il s’agit d’une opportunité. Le britannique « The Guardian » fait un tabac dans tous les pays anglo-saxons. La presse espagnole part à l’assaut du monde hispanique. Mais, pour d’autres, l’effacement des frontières géo-graphiques est un challenge. Les régulations nationales ne protègent plus. Pourra-t-on faire respecter le prix unique du livre quand l’e-book, poussé par Amazon, se sera imposé ? A quoi cela rime-t-il d’interdire la publicité pour l’alcool à la télévision quand tout ou presque est permis sur le Web ? Les séries seront-elles encore diffusées par des chaînes nationales ou seront-elles offertes via des sites Web à vocation mondiale ?

Poussée à l’extrême, cette révolution inversera enfin profondément le rapport de force en faveur des utilisateurs. Protégés par des barrières à l’entrée, des lois nationales, la géographie et la maîtrise du temps, les médias dictaient leurs conditions à leurs clients, consommateurs comme annonceurs. Demain, le rôle même d’agrégateur de contenus des médias sera remis en cause. Pourra-t-on vendre des menus complets quand la consommation se fait à la carte ? La musique se vendait en disque. On achète aujourd’hui au mieux un morceau. Les journaux vendaient un tout. Demain, ils devront peut-être vendre l’article à la pièce. Même chose pour les télévisions. Vendre simplement moins cher en gros qu’au détail ne sera pas forcément suffisant pour que les chaînes payantes conservent un lien direct avec un consommateur de plus en plus « grappilleur ».

Quelle sera alors la place des médias ? Les consommateurs auront-ils besoin de ces intermédiaires ou iront-ils directement à la source en passant par des plates-formes comme iTunes, Google, YouTube ou Amazon ? Nous entrons peut-être dans l’ère du média unipersonnel. Celle où l’on ne nourrit plus un consommateur relativement passif, mais celle où le consommateur infidèle devient acteur d’un choix permanent dans une profusion quasi infinie.

David Barroux
Rédacteur en chef Entreprises

Comment les Français utilisent-ils twitter ?

 

Selon l’étude Ipsos réalisée pour le pôle Aura Mundi de l’Argus de la presse, le premier volet de cette dernière publiée en avril dernier démontrait que seul 5% des Français ont un compte Twitter et l’utilisent fréquemment !

Le constat semble sans appel : bien qu’on admette que l’outil en lui-même est incontournable, les usages peinent à se développer auprès des nous, petits Français !

Le second volet de l’étude porte sur cette part infime, ces 5 petit pourcent de Twittos actifs.

Comment évoluent-ils sur la Twittosphère ? Comment appréhendent-ils l’outil entre autre ?

Quatre profils ont été identifiés parmi cette « élite » :

  1. Les « suiveurs » qui culminent à 14%. Concrètement les suiveurs utilisent Twitter comme un générateur de flux. Parce que oui, être au fait de ce qui se passe dans le monde, c’est important.
  2. Les « intimistes » (36%) qui tweetent activement sauf que leurs messages sont destinés à un cercle restreint. Globalement, ils ne cherchent pas à être visibles.
  3. Les « chatteurs » (31%) émettent des tweets à destination d’un public qu’ils souhaitent élargi, mais ne cherchent pas particulièrement à être influents.
  4. Les « influenceurs » (17%) ont un usage beaucoup plus intense de Twitter puisqu’en émettant des tweets, ils cherchent véritablement à être visibles, à développer leur nombre de followers et donc à exercer une influence sur Twitter. Les hommes et les jeunes sont sur-représentés dans cette catégorie.

Et vous, avez-vous un compte sur Twitter ? Et où vous situez- vous ? Suiveur – intimiste – chatteur ou influenceur ?

Parce que nous, nous sommes un peu tout ça pour nos clients

Dites-nous tout !

onechocolate team

source : http://culture-rp.com/2013/11/08/usages-et-pratiques-de-twitter-en-france-focus-sur-les-twittos-actifs/#more-33305

 

 

Wave 7 : les réseaux sociaux sont et seront incontournables

Pour ceux qui aurait encore un doute sur la nécessité d’instaurer le dialogue avec leurs audiences sur les réseaux sociaux

Je vous invite à découvrir la nouvelle enquête menée par UM. Les résultats de cette étude traquent les habitudes et les besoins de 48 945 internautes dans 65 pays et incitent les marques à une approche plus stratégique de l’engagement sur le social.

Pour tout savoir :

http://www.influencia.net/fr/actualites1/etudes,wave-7-reseaux-sociaux-sont-seront-incontournables,24,3887.html


The Chocolate Box

We're passionate about communications, and we have our own views on what's going on.

Categories

Archive