LinkedIn Lead Accelerator : des informations précieuses pour les responsables marketing

LinkedIn-leads-2-604x189

Il y a quelques semaines, LinkedIn a annoncé le premier déploiement majeur de nouveaux outils depuis son acquisition de la plate-forme de marketing de l’entreprise, Bizo, l’été dernier. Les nouvelles fonctionnalités permettent une nouvelle approche complète de ciblage marketing par la technique dite « de l’entonnoir » et, en même temps, l’adjonction d’une plateforme innovante permettant de nourrir le relationnel avec de potentiels clients, LinkedIn Lead Accelerator.

Le fait même de nourrir des contacts dans un pipeline de ventes B2B est complexe et, actuellement, un taux de conversion de 5% est considéré comme un succès. Toutes les grandes marques se concentrent sur le ciblage de prospects, en les attirant dans leur entonnoir de vente puis en les choyant, jusqu’à ce qu’ils soient prêts à acheter. Pourtant, 95% des visiteurs du site s’en vont, sans s’être enregistrés et quand il s’agit de marketing direct, le taux moyen d’ouverture de mail est seulement de 20%.

Pour ajouter à cette frustration, la plupart des marques ne parviennent à un dialogue continu qu’avec seulement 5% de leurs prospects.

Alors, quels sont les principaux avantages pour les marques de B2B ?

LinkedIn Lead Accelerator vise à transformer l’étape de « maturation » des prospects – permettant ainsi aux équipes marketing de sortir des confins de la boite e-mail. L’outil est conçu pour combler le fossé entre le « social » et la génération de leads pour simplifier les processus d’alimenter , d’entretenir et de convertir des volumes plus élevés de bons prospects.

La combinaison de LinkedIn et Bizo est puissante. Avant l’acquisition, Bizo créait 300 millions d’impressions par jour et LinkedIn, de son coté, compte plus de 300 millions de membres dans le monde entier. Cependant, malgré plus de 50 millions de membres au Royaume-Uni, il y a seulement 7 à 8 millions d’utilisateurs mensuels actifs, limitant la portée potentielle des annonces LinkedIn.

Désormais, les annonces LinkedIn peuvent être affichées non seulement sur le site et l’application de LinkedIn, mais également à travers des milliers d’autres sites. Ainsi, les marques ne sont plus limitées à cibler les utilisateurs seulement quand ils sont connectés ; elles sont capables d’atteindre un tout nouveau public. Non seulement la portée potentielle de messages se voit massivement augmentée, mais grâce à la vaste base de données de LinkedIn concernant le comportement de navigation, l’activité, l’ancienneté et le secteur d’activité des utilisateurs, les marketeurs peuvent cibler des annonces sur mesure avec encore plus de précision qu’auparavant. En ciblant les bonnes personnes, avec le bon contenu, au bon moment, les marketeurs sont en mesure d’atteindre directement les personnes qui prennent des décisions d’achat.

LinkedIn Lead Accelerator fournit des analyses d’impact de la campagne en temps réel ainsi que des rapports complets sur des périodes déterminées. Cet aspect propose des enseignements avec un nouveau degré de précision tels que qui s’en va et quand, l’étape exact du processus où se trouvent les prospects ainsi que le taux de conversion sur une période déterminée.

Les mises à jour de LinkedIn fourniront au marketing des outils pour offrir des leads de haute qualité aux commerciaux, une expérience client améliorée et permettront de recueillir des ROI plus tangibles sur la publicité et le marketing numériques. Pas encore convaincu ? Marketo, Eloqua, Groupon, Samsung et Levono sont parmi les premières marques à expérimenter la nouvelle gamme de produits de génération de leads et ont déjà signalé une énorme baisse de 60% du cost-per-lead. Il semble que LinkedIn soit en bonne voie d’être la « plate-forme la plus efficace pour les marketeurs en ce qui concerne la mise en relation professionnelle ».

 

onechocolate France loves…

#1 Volkswagen vous dit toute la vérité

Dans une campagne pour son service de vente d’occasion, Volkswagen crée un spot mignon et très drôle sur la façon dont les parents s’arrangent parfois avec la vérité. « Les haricots sont des frites vertes », « soit sage sinon le père noël ne passera pas », « arrête de loucher ou tu vas rester comme ça toute ta vie »… facile de mentir à un enfant pour le convaincre de faire quelque chose. C’est en partant de ce constat que le groupe Volkswagen a construit son nouveau spot dans le but de présenter sa nouvelle offre d’occasion. Le slogan : « Imaginez ce qu’ils vous raconteront quand ils essaieront de vous vendre leur voiture ». Si certains sont prêts à négocier avec la vérité pour arriver à leur fin, le réseau de voitures d’occasion Das WeltAuto assure la qualité allemande. Quoi qu’il en soit, on aime vraiment la vidéo qui est vraiment mignonne – entre les babies qui font des grimaces et ceux qui font la tête – mais aussi très drôle. Mention spéciale aux têtes déconfites des deux enfants devant les haricots verts que leur père essaie de faire passer pour des frites.

#2 Le Tinder de la musique

choosic

Choosic est une application de découverte musicale. Celle-ci propose des titres, que vous faites défiler (pour garder en sélection c’est à droite, pour éjecter c’est à gauche), et affine progressivement sa sélection en fonction de vos goûts. Le tout fonctionne sur un algorithme commun à différentes plateformes de streaming mais qui se veut plus précis et plus personnalisé. Pour l’instant celle-ci n’est disponible que sur Apple mais on peut espérer que le succès la rendra accessibles aux autres.

#3 Faites vous réveiller par un inconnu

Pour celles et ceux qui pensent avoir tout essayé en termes de réveil, une application mobile propose une énième solution pour les matins difficiles. Du nom de Wakie, le programme – qui rencontre un grand succès en Russie avec plus de 1,5 millions de téléchargements – vous réveille avec un coup de fil d’une personne que vous ne connaissez pas et qui peut se trouver n’importe où dans le monde. A mi-chemin entre site de rencontre et simple outil utilitaire, l’appli se base sur les centres d’intérêts de ses utilisateurs et permet donc une certaine solidarité parmi la foule des amoureux du sommeil. Si personne n’est disponible pour vous appeler (uniquement par wifi, pour que le service reste gratuit), un réveil mécanique prend le relais. Un système de notes des « réveilleurs » permet de classer les appels les plus agréables. Disponible depuis peu sur iOS, l’application est également compatible avec Windows Phone et Android. Rappelons cependant que Wakie n’est pas encore disponible en France.

#4 Shazamez des objets

Shazam

La société londonienne Shazam, dont l’application phare permet à ses 100 millions d’utilisateurs actifs d’identifier les morceaux de musique qu’ils sont en train d’écouter, va étendre ses services de reconnaissance aux objets et, en particulier, aux produits en vente dans le commerce, comme l’indiquait son PDG Rich Riley à l’occasion du Mobile World Congress de Barcelone. En effet, l’application va à présent reconnaître des images lorsque celles-ci sont prises avec la fonction photo d’un smartphone. Ce cliché permettra ensuite d’acheter ce même produit ou de débloquer des contenus liés. Jusqu’à present, Shazam reconnaissait la musique, vous vendait le titre identifié grâce à des accords avec les ténors du streaming musical comme Spotify et Deezer. Et l’application a su rester dans le Top 25 en nombre de téléchargements durant plusieurs années. Mais désormais, vous pourrez shazamer des produits aussi divers et variés qu’un paquet de céréales ou un DVD !

#5 Air France is in the air

Après le nouveau et très chouette spot où Air France dévoilait sa nouvelle campagne visuelle pleine de fraîcheur et de peps, voici une nouvelle vidéo à destination des clients et passagers de la compagnie. Dans ce second court métrage enchanteur et travaillé avec subtilité, Air France explique à ses voyageurs comment s’attacher afin de voyager en toute sécurité. On y découvre une équipe charmante et espiègle qui transmet les consignes de sécurité avec beaucoup d’élégance et de grâce. Plus qu’une simple vidéo publicitaire, cette pub stylée véhicule l’esprit moderne et léger du voyage chic à la Française.

 

Relations presse B2B : Les plus grandes erreurs commises en Europe par les marques US

homer-doh-squaregreen

Nous pourrions écrire un livre blanc entier sur la façon dont une stratégie de relations presse devrait être adaptée au marché européen. En fait, il y a une véritable demande de conseil stratégique de la part des entreprises américaines qui sont à la recherche d’une solution RP pour l’Europe et c’est ce qui nous a conduit à développer des services spécifiques pour y répondre.

Mais pour les besoins de ce blog, nous allons nous contenter de souligner les cinq éléments clés qui font la différence pour qu’un communiqué de presse soit pertinent sur les marchés locaux européens.

#1 Loi/organisations/monnaie

Nous regroupons ces trois éléments ensemble car ce sont des éléments fondamentaux du contenu qui ont souvent besoin d’être adaptés, mais qui sont régulièrement négligés.

Aux États-Unis, le dollar représente la devise de référence, la police est soit fédérale soit étatique, et les organisations ou la législation ne peuvent être actives qu’en Amérique du Nord. Le fait est que le groupe dirigeant est susceptible d’être inexistant au Royaume-Uni, en Allemagne, en France ou en Espagne. Cela doit se refléter dans le contenu. Par exemple, il y a très peu d’intérêt à parler de la FDA (Food and Drug Administration) à un public français ; cela n’engendrerait qu’une très faible – voire aucune – couverture presse.

#2 Le timing

Tout est question de timing !

Lorsque les nouvelles sont coordonnées à l’échelle mondiale, les équipes de relations presse aux Etats-Unis peuvent décider qu’un communiqué sera diffusé à 10:00 PST, ce qui, en soit, est parfait pour la presse locale. Mais en France, il sera alors 18:00. La plupart des journalistes de la presse spécialisée ont déjà bouclé leur journée de travail et le communiqué de presse sera alors très vite enfoui dans leur boîte email sous un tas d’autres communiqués qui ne seront, très certainement, jamais lus.

Le meilleur moyen de faire face à cette différence d’heure est d’être d’accord pour que les versions européennes des communiqués soient diffusées le lendemain matin.

Le timing doit également prendre en compte les vacances et jours fériés. Une grande partie des pays européens s’arrêtent au mois d’août – il peut même être difficile de trouver des traducteurs locaux à cette période de l’année ! Ainsi, pour maximiser la couverture presse, il est important de prendre en compte si tel jour, telle semaine ou tel mois est approprié dans le pays en question pour l’envoi d’un communiqué.

#3 Approche adaptée

On dit souvent que les Anglais sont conservateurs, que leur attitude est mesurée et cela se reflète dans leur style d’écriture. En revanche, aux États-Unis, l’écriture est parfois considérée comme expansive, exubérante et pleine d’enthousiasme. Il n’y a rien de «mauvais» en soit avec l’un ou l’autre style, mais lorsqu’on aborde un public européen, la manière locale doit être prise en compte et l’approche adaptée en conséquence.

Ce point est important, non seulement dans les supports écrits, mais aussi lorsqu’on élabore des stratégies plus larges qui pourraient inclure des discours, des médias sociaux ou des vidéos. Il faut toujours garder le public à l’esprit, son sens de l’humour et l’attitude envers des sujets sensibles, que ce soit dans la construction d’un communiqué de presse ou, plus largement, dans la préparation d’une campagne semestrielle de relations presse intégrées.

#4 Porte-parole

Ce qui plaît à un groupe de clients en Europe peut être rebutant ou sans importance pour un autre.

Alors que nous comprenons parfaitement combien il peut être difficile d’obtenir l’aval des porte-paroles, il est toutefois vraiment important de citer un porte-parole local dans un communiqué de presse. C’est bien beau d’exprimer les pensées du Directeur Général US, mais il faut renforcer cela à l’aide d’une citation du Directeur Europe afin d’augmenter l’impact du message pour la presse européenne. Cela peut prendre plus de temps à mettre en place, mais les résultats en vaudront la peine; pour montrer à la presse que votre entreprise a vraiment une présence européenne et n’est pas une entreprise centrée sur les US avec peu ou pas de pertinence et également pour aider à établir de solides relations avec les médias.

#5 Connaître son audience

Comme chaque marché européen est régi par des lois différentes, des règles de l’industrie et des défis uniques, une approche uniformisée n’est tout simplement pas envisageable.
En outre, la manière dont la presse fonctionne dans les différents marchés européens peut varier considérablement. Alors que la presse britannique a tendance à mettre en place des calendriers rédactionnels, il est moins évident de déchiffrer ce qui se dessine à l’horizon lorsqu’il s’agit de la presse française ou allemande.
Les marques américaines les plus prospères en Europe sont celles qui adaptent leurs messages de marque et leurs initiatives de façon à répondre aux besoins et aux défis de chaque marché – il faut cibler les bons médias et influenceurs avec le bon message au bon moment.

Afin de faire décoller une campagne de relations presse en Europe, c’est simple : les entreprises doivent s’adapter un minimum à la culture et au marché du/des pays pour prouver leur implication. Les prospects n’en seront alors que plus convaincus.

 

Online influencers – what you need to know

Online-influencers-2-484x330

According to the latest ONS report, 74% of UK adults bought something online in 2014 and out of a whopping 38m adults, 76% access the internet EVERY DAY! That’s a lot of potential business, but how do you make sure you’re targeting the right people?

Of course, targeting all adults with buying power is a smidge unrealistic, but there are a whole host of online influencers who wield just as much kudos as traditional media, if not more. These bloggers, vloggers and forum commentators can, if you get the right people onboard, move needles when it comes to sales. They have very specific and loyal audiences that canny brands can tap into.

The majority of genuine online influencers are professionals in their field, have real-life experience or are knowledgeable enthusiasts. The big question is: how can you filter the crème de la crème and get them on board? With a growing number of online peeps, it can be a potential minefield!

With lots of tools, both free and paid-for, and a mixture of platforms, there is no excuse for not having stats and information to back up and inform your choices. As a starting point, sites like Cision have ready-made lists divided by topics, and you can also access specialist sites like Tots100 (parenting) and Foodies100 (food), not forgetting the magic that is Google. While ready lists are great, don’t forget to have a mixture of assessment points to check off.

Here are just a few key things to look out for in the beginning:

  • Influence on social media – how many followers do they have and who interacts with them?
  • Activity on social media – how often do they post and respond to people/ask questions?
  • Subscribers and website traffic – how many and who are they?
  • Comments on their posts – do they get a lot/do they respond to them?
  • Awards they’ve won?

In order to get the best results, it’s worth putting in the effort. Make sure you take time to read/watch and search for negative/competitor mentions – this will help you see if/how you could work together and ensure your approach is personal. What you’re offering needs to be beneficial to both sides, so bear in mind what’s in it for whoever you want to get onside. Get it right and you could see a real spike in sales.

Presse : Enfin une bonne nouvelle : Bienvenue à Society !

newspapers-444447_640

Il n’est pas rare à l’occasion d’un pitch ou d’un bilan que nos clients ou futurs client nous demandent un panorama de la presse française. C’est souvent à ce moment-là que nous prenons nos mines déconfites et ânonnons alors ce qu’il est désormais convenu de présenter comme des banalités entre les « de moins en moins » « beaucoup de pigistes » ou encore « un modèle économique qui reste à trouver ».

Les occasions de se réjouir ne sont donc pas si courantes et en voilà enfin une avec la création d’un nouveau magazine au format papier, Society. Nous ne pouvions que saluer cette initiative courageuse et ambitieuse au sein de la morosité ambiante. Nous avons toujours suivi avec beaucoup d’intérêt les premières revues du groupe SO Press, « So Foot » et « So Film » qui dénotaient déjà très nettement par leur nouveauté de ton.

Car, comme le rappelait Sonia Devillers pour France Inter dans sa chronique consacrée à l’arrivée de Society : « il suffit de voir le prix ridicule pour lequel L’OBS et l’Express ont été bradés par leur propriétaire », pour saluer ce qui ressemble plutôt à un pari fou surtout dans le format périlleux du quinzomadaire. Format d’ailleurs revendiqué par les créateurs de Society, comme le précisait Marc Beaugé, au magazine Les Inrocks le 4 mars dernier « L’objectif de ce quinzomadaire, c’est de rester au contact de l’actualité tout en ayant le temps de l’approfondir. »

Tiré à 200 000 exemplaires et au prix de seulement 3.90€, ce nouveau magazine de société alliant articles sérieux et décalés réunis, « sur le papier », tous les ingrédients qui ont fait le succès de ses deux ainés. Avec des sources d’inspirations telles que le regretté Actuel et les news magazines anglo-saxons (Esquire, The Face), nous ne pouvons qu’être confiants dans leur avenir. Il ne nous reste plus qu’à leur souhaiter « longue vie ! ».

Portés par cette vague d’optimisme, nous attendons désormais avec impatience la naissance d’une prochaine parution. Pourquoi ne pas revenir cette fois-ci au sport et la consacrer à la Formule 1 ? Et tant que nous y sommes, on se lâche sur le titre « Chauffards ! ».

onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Ikea se met au sans fil

city-146681_640

On ne le sait que trop bien : le manque d’autonomie des smartphones, c’est la plaie. À défaut d’avoir en poche, ou plutôt en main, un terminal plus endurant (le casse-tête des fabricants), la possibilité de s’affranchir autant que possible de la recharge filaire, est déjà une solution en soit. Ce que propose la recharge par induction. À l’occasion du MWC de Barcelone, qui s’est tenu du 2 au 5 mars à Barcelone, Ikea a annoncé une nouvelle ligne de mobilier en rapport direct avec nos smartphones et tablettes. Ainsi, une table de chevet, une lampe et un bureau équipés de plaque Qi seront disponibles dès le mois d’avril. Ces nouveaux produits seront disponibles au prix de 30€ en France. Nous sommes sûrs que, très bientôt, nous nous demanderons comment nous avons fait pour utiliser des chargeurs pendant si longtemps…

#2 Vittel transforme votre canapé en baskets

En 2014, les Français auraient passé 4h30 par jour en moyenne dans leur canapé. Ce qui est beaucoup trop pour Vittel. La marque de la vitalité lance Couch Converter, un service qui permet de transformer son canapé en paire de baskets personnalisées. Avec cette opération, Vittel continue à affirmer son rôle de coach vitalité, rappelant au passage son rôle de partenaire sportif d’événements majeurs comme le Marathon de Paris ou le Tour de France. Tant de challenges que votre canapé risque de ne pas apprécier…!

#3 Milka ose la convivialité et le partage

L’une des difficultés pour une app de marque est de donner envie au public de l’installer sur smartphone. Pour la sortie de Milka Biscuit Saga, la marque de chocolat a eu l’idée d’un jeu qui permet à plusieurs personnes de jouer lorsque leurs smartphones sont à proximité. La spécificité étant que chacun des 9 jeux dépend du nombre de participants présents. Pour tous les tester, il faudra donc convaincre amis et proches d’installer Milka Biscuit Saga ! Et la stratégie de Milka fonctionne puisque Milka Biscuit Saga occupe les 1ères places des classements iOS et Android depuis son lancement fin janvier avec 1 million de téléchargements de l’app en France et 16,5 millions de parties jouées !

#4 Quand un publicitaire parle à ses enfants

Strategies, le célèbre média de la com’ et de la pub a imaginé une vidéo amusante sur la vie à la maison d’un papa publicitaire. On le voit parler à ses enfants comme à ses collègues ou clients en utilisant des termes comme « brainstorming », « Wahoo Effect », « Challenging »… Ici les enfants semblent déjà avoir adopté certains codes, des futures stars de la pub ! On adore !!

#5 Métier : Sirène

Mermaid

Le site de l’hebdomadaire allemand Der Spiegel a récemment rapporté un exemple de reconversion professionnelle plutôt original. Infirmière de métier, Sabine Schönborn a décidé de devenir professeure de natation après avoir fait un burn out. Mais au lieu d’apprendre à ses élèves à nager le crawl ou la brasse, elle leur apprend à se mouvoir dans l’eau les jambes emprisonnées dans un costume de queue de sirène. Elle a fondé son «école de sirènes» il y a neuf mois, avec seulement 1.500 euros de capital de départ, qui lui ont servi à acquérir une vingtaine de costumes et de nageoires. Elle entraîne désormais chaque semaine plus de 200 petites filles enchantées de se glisser dans la queue d’Ariel, comme dans le dessin-animé de Walt Disney ou de Daryl Hannah dans la comédie Splash. On trouve également des écoles de sirènes au Québec, en Floride, et même aux Philippines. Il semble que nous ayons trouvé un bon filon a développé en France !

Pourquoi – et comment – les marques B2B peuvent utiliser la vidéo sur Twitter

Mobile-video2

Depuis l’annonce tant attendue de la vidéo sur Twitter, la valeur de la vidéo dans les campagnes sur les médias sociaux vient d’être décuplée. Déjà extrêmement populaire sur Facebook – 3 milliards de clips vidéo visionnés par jour – les marques se doivent de considérer ce formidable outil de communication.

Alors, quels sont les bénéfices à utiliser Twitter pour partager des vidéos ? La réponse est simple : le potentiel de viralité, en particulier pour les marques B2B. Twitter est une des plateformes majeures dans le domaine B2B, dépassant largement les autres plateformes de réseaux sociaux telles qu’Instagram, YouTube ou Facebook.

Avec, en moyenne, plus de 500 millions de tweets envoyés chaque jour, l’un des challenges des équipes marketing est de savoir se différencier pour capter l’attention. Nous avons préparé une petite liste des astuces les plus importantes à connaître :

#1 Adaptez la vidéo à la plateforme

Twitter est le réseau de l’instantané. Votre audience est habituée à consommer l’actualité en temps réel, donc il faut adapter le contenu vidéo à ce format. Soyez rapide à réagir aux événements du moment, aux tendances et aux thématiques en temps réel.

#2 La simplicité est primordiale

Beaucoup de vidéos parmi les plus populaires sur YouTube, durent 30 secondes. Les fans de Twitter sont, pour leur part, habitués à consommer de l’information en 140 caractères, donc ont, à priori, encore moins de temps. C’est pourquoi votre vidéo doit être percutante : n’hésitez pas à intégrer les messages clé dès le début et garder à l’esprit de capter l’attention immédiatement.

#3 Suscitez de l’interaction

La vidéo interpelle son audience, donc profitez-en pour inclure une action à suivre dans le tweet qui l’accompagne. Avec la disponibilité de l’outil, facile à l’usage, vous pouvez encourager vos cibles à vous répondre en mode vidéo, et même faire un concours pour trouver le clip le plus créatif sur votre marque ou votre produit.

#4 N’oubliez pas l’émotion

Dans le domaine B2B, il n’est pas toujours facile d’injecter de l’humour dans une vidéo. Cependant, la clé pour donner envie de partager réside dans la capacité à toucher votre audience via des émotions. N’hésitez donc pas à humaniser les situations en y incluant de l’humour ou de la comédie. Un exemple ? Notre préféré chez onechocolate communications c’est sans conteste les mini-vidéos produites par Taulia. Ce spécialiste de la gestion de factures dans le cloud arrive à nous faire rire avec un sujet, de prime abord, aride.

D’autres conseils à donner ? Dites les nous, nous avons hâte de les connaître !

 

Sue Gabin

onechocolate France loves…

Voici notre sélection des meilleures campagnes RP et marketing, des meilleures applis, et des évènements à ne pas rater !

#1 Le nouveau réseau social professionnel qui fait trembler les grands

tree

Lancée en 2013, la start-Up Amplement, réseau social BtoB français connait déjà un grand succès auprès des investisseurs mais aussi des utilisateurs ! En effet, Amplement vient de lever 1 million d’euros. Le réseau social se positionne comme un concurrent de LinkedIn et Viadeo, et compte déjà 400 000 membres actifs et quelques 2 500 recruteurs. Ce qui séduit les utilisateurs ? Des fonctionnalités inédites comme la discussion instantanée et la mise en relation gratuite. En allant vers des fonctionnalités gratuites, Amplement souffle un vent de renouveau sur des réseaux sociaux professionnels qui tendent à aller vers le tout payant. A quand le million d’utilisateurs ?

#2 Jouez avec Air France pour être surclassé

Air France a décidé de jouer sur une des attentes inespérées de ses clients : le surclassement. Dans le hall d’embarquement, les passagers volants en éco sur les vols au départ de la Chine, d’Hong-Kong, de Singapour, d’Indonésie ou du Japon sont invités à s’affronter dans un mini jeu mobile créé pour ce challenge. Ceux obtenant les plus gros scores à Cloud Slicer – un dérivé de Fruit Ninja – passent alors leurs 12 heures de vol dans une des nouvelles cabines business. Ou quand quinze minutes d’amusement permettent de changer douze heures de vol !

#3 Le succès de Mikado…même sans chocolat

photo

Début janvier, Mikado a créé le buzz en annonçant le lancement d’un stick sans chocolat. L’annonce a déchaîne les adeptes du célèbre biscuit, d’autant que Mikado n’a pas lésiné sur les moyens : une campagne d’affichage sur le Web, 5 films sur YouTube et un dispositif sur Twitter avec le hashtag #MikadoStick ! Cependant, que les fans se rassurent, Mikado conserve son chocolat et tout ceci n’était qu’une stratégie de communication décalée pour le lancement de Mikado King Choco. Et Mikado a plutôt bien réussi son coup (même sans chocolat !) avec : 41 000 vues Youtube pour la campagne Mikado Stick / King Choco, 4 071 tweets avec le hashtag #MikadoStick et 11 547 tweets citant « Mikado ». Beau coup de comm’ !

#4 Word Lens, l’appli pour les globe-trotters

future

Google optimise son application de traduction et ajoute la technologie Word Lens. Désormais, l’application permet de faire des traductions avec une simple photo ! Les panneaux de signalisations, les pancartes ou le menu d’un restaurant seront traduits instantanément en anglais (pour le moment) et ce même lorsque son téléphone portable n’est pas connecté à Internet. Cette annonce suit celle de Microsoft qui a lancé en 2014 une première phase de test pour Skype Translator. Il semblerait qu’ici l’idée soit de faire tomber la barrière de la langue. Un rêve pour tous les globe-trotters !

#5 Regifter, le “Tinder” pour échanger vos cadeaux

Regifter from + rehabstudio on Vimeo.

Les périodes des fêtes sont désormais derrière nous. Si certains ont plutôt été gâtés pour Noël, d’autres l’ont été beaucoup moins. Que faire dans ce cas-là ? Une étude britannique a démontré qu’en 2013, au Royaume-Uni, plus de 2,4 milliards d’euros de cadeaux ont été jetés car indésirables : soit plus de 3 millions de tonnes d’objets en tous genres. Partant de ce constat, l’agence de communication Rehab Studio a décidé de créer une application, Regifter, disponible sur iOS et Android. Regifter présente la même interface que Tinder ; en effet, pour échanger ses cadeaux, le mobinaute doit photographier le cadeau qu’il souhaite échanger, puis le classifier et ensuite choisir une catégorie de produit ou objet qu’il souhaite obtenir en échange. Une fois l’objet en ligne, si vous matchez avec un objet dans un rayon de 1 à 10km, il vous suffit d’entrer en contact avec la personne pour procéder à la transaction.

#6 Adoptez un hacker

hacker

En ligne depuis novembre dernier, Hacker’s List est un site internet qui propose de mettre en relation particuliers et hackers professionnels. « Trouver un hacker ne devrait pas être une difficulté », annonce le site dont le fonctionnement est assez simple et similaire à celui d’eBay, et anonyme. Pour les clients, il suffit de déposer une annonce, ou bien de rechercher directement parmi les hackers membres du site pour les contacter. A ce jour, 500 demandes de piratage variées sont postées sur Hacker’s List auprès de quelques 70 hackers enregistrés. Parmi les demandes opérées, on note celle d’un homme prêt à payer 2 000 euros pour avoir accès au site web du propriétaire de son logement ; une femme prête à payer 500 euros pour avoir accès aux comptes Gmail et Facebook de son compagnon pour savoir « s’il la trompe ». Même si l’on est bien loin de la cyberattaque contre Sony Pictures, le site soulève de nombreuses questions et controverses sur la légalité de ses annonces et des services qu’il propose.

Réseaux sociaux : vers une communication de plus en plus personnalisée

team-parry-403505_640

En 2015 c’est patent : nos clients connaissent de plus en plus les réseaux sociaux. Nous rencontrons de moins en moins de demande du type : « Je veux 10 000 fans sur Facebook d’ici la fin de l’année. » Et quand nous posions la question, pourquoi 10 000 ? « Je ne sais pas, j’aime bien ce chiffre. » ! Maintenant la qualité a remplacé la quantité. Désormais, nos clients  souhaitent toucher tel profil pour tel secteur vertical avec un engagement réel. C’est beaucoup plus intéressant car cela oblige à travailler le contenu, la qualité de l’échange et à faire un travail sur la durée. LinkedIn et Twitter heureusement sentent aussi cette tendance et adaptent leurs outils dans ce sens.

Ainsi LinkedIn vient d’adapter la facturation de l’InMail pour favoriser les comportements vertueux.

Pour ceux qui ne connaissent pas InMail, c’est le service de messagerie de LinkedIn qui permet aux utilisateurs de contacter n’importe qui dans le réseau, même s’il n’y a pas de lien formel. Selon votre abonnement LinkedIn, vous pouvez avoir jusqu’à 25 crédits InMail disponibles à utiliser par mois. C’est un outil extrêmement puissant et intéressant pour sensibiliser un interlocuteur à vos solutions, services ou autre.

Jusqu’à peu, si vous aviez envoyé un InMail et obtenu aucune réponse, LinkedIn ne vous faisait pas payer cet envoi. Mais le réseau social a décidé de faire exactement l’inverse ; c’est-à-dire de vous faire payer uniquement l’InMail non répondu. A noter que si votre correspondant clique sur la case dédiée « Not interested » ce sera considéré comme un InMail répondu et donc gratuit.

En d’autres termes, LinkedIn souhaite faire conserver à l’InMail son statut exceptionnel, éloigné autant que possible des spammeurs.

Bien que le taux moyen d’ouverture des InMail soit inconnu du grand public, beaucoup d’observateurs estiment qu’il se situe entre 10 et 20%. Ce qui est un taux exceptionnellement élevé si nous le comparons aux autres outils de communication. LinkedIn cherche, avec cette nouvelle politique, à récompenser les pratiques vertueuses aux dépends de celles qui ne prennent pas suffisamment en compte le destinataire.

Du côté de Twitter, ce dernier vient d’annoncer un nouvel outil qui permet l’envoi d’un message privé jusqu’à 20 personnes à la fois. Cela peut être tout à fait intéressant pour impliquer une cible restreinte de VIP sur une problématique en particulier. Car tous sont notifiés d’un échange entre les membres et cela permet ainsi d’inciter à l’interaction et donc à l’implication, Graal de tout community manager qui se respecte.

Et vous, quels sont les outils qui vous semblent pertinents pour une interaction prolongée avec vos cibles ?

 

CES 2015 : Les pratiques marketing salon à ne surtout pas faire !

Encore un post à propos du CES mais on n’a pas pu le laisser passer. Il parait tellement évident, pour nous, de se pencher en détail sur l’une des plus grandes messes de notre cœur de cible que nous le faisons une fois de plus sans craindre la redite ou la lassitude de nos chers lecteurs. Nous prendrons ici comme référence le rapport du CES 2015, réalisé par Olivier Ezratty et mis à disposition de tous sur son blog. Ce rapport est une précieuse mine de renseignements ; la justesse du propos et la précision de l’analyse en font, de fait, une bible de travail pour nous.

Nous avons choisi, cette fois-ci, de nous pencher un peu plus en détail sur les pratiques marketing adoptées sur ce salon par certains exposants et de souligner les pires ou les moins bonnes pratiques surlignées par Olivier Ezratty. Car de la simple maladresse à la véritable erreur de stratégie, les dangers sont multiples pour faire de sa visibilité sur ce salon un ratage total.

Ce qu’il ne fallait pas faire :

  • Organiser une conférence de presse le matin de l’ouverture du salon
  • Parler de personal data sans démonstration claire et explicite de ces applications qui exploitent les données
  • Se ranger dans la catégorie « fourre tout » des objets connectés sans plus de précision
  • Se définir par un concept plutôt que par ce que l’on fait
  • Dormir sur son stand … oui ! oui !
  • Ne pas se montrer disponible voire ne pas se montrer du tout … aussi !
  • Présenter un stand manquant totalement d’innovation
  • Barder son stand de logos de type Bluetooth et noyer son identité
  • Pratiquer encore et toujours le Bullshit marketing en 2015
  • Ne pas relire les éléments de communication distribués sur son stand

 

Nous nous arrêterons là et pour les plus curieux d’entre vous, nous vous renvoyons vers le rapport complet si vous voulez avoir plus détails voire même des noms.

Nous ne pouvons cependant pas résister au plaisir de recommander à tous ceux qui ont la chance – ou la malchance – d’avoir des cheveux et un amour immodéré de leur personne d’acquérir la Selfie Brush, le célèbre (enfin, bientôt !) peigne dont le dos peut contenir votre smartphone et un petit miroir. Ce qui permet de se prendre en photo juste après s’être bien coiffé.

Si nous avons listé ci-dessus les erreurs les plus flagrantes c’est peut être dans un esprit un peu « potache », mais avant tout pour préciser que parfois un peu de bon sens permettrait d’éviter certains écueils. Nous faisons confiance à votre perspicacité et à votre professionnalisme pour ne pas être listés dans les ratages du rapport 2016.

 

Pour vous inscrire à notre newsletter

Categories

Archive